Famille

Les rivalités entre frère et soeur

Les relations frères sœurs sont faites de complicité, de souvenirs communs et de liens profonds, mais il faut se l’avouer -  cette relation est parfois aussi pleine de rivalité et de jalousie...

Une certaine dose de rivalité est saine entre les enfants d’une même famille parce qu’elle les pousse à s’affirmer et à prendre leur place. Certaines études ont même démontré que plus on encourage le principe d'égalité entre les enfants, plus on nourrit cette rivalité!

Réglons d’abord quelque chose : personne ne peut aimer tous ses enfants de la même manière. Ce n’est pas une question d’amour et ce n’est pas un crime, c’est la simple réalité. Ce n’est pas parce qu’on a un faible pour un de ses enfants qu’on n’aime pas l’autre ou les autres. On les aime différemment, c’est tout. Tout comme on n’aime pas nos frères et sœurs de la même manière, ni nos amis. Partant de ce principe, il faut s’attendre à être un peu injuste quand vient le temps de trancher entre deux enfants. Et c’est là qu’il faut se surveiller parce qu’on peut créer des problèmes plutôt que les résoudre.

Il n’y a pas d’écart d'âge idéal entre chacun des enfants. Si les enfants sont très rapprochés, ils pourraient être très complices, mais aussi très jaloux. Si l’écart est trop grand, plus les enfants grandissent et moins ils ont de choses en commun. Le juste milieu se situe entre deux ans et demi et trois ans et demi.

Préparer l’aîné à l’arrivée de bébé

Les premiers signes de jalousie surviennent habituellement dès l’arrivée du deuxième enfant. Il est possible cependant de faire en sorte que ce changement majeur dans les rôles de chacun se passe en douceur. Pendant votre grossesse, vous allez devoir multiplier les conversations avec l’enfant pour qu’il comprenne que le nouveau bébé ne menace en rien sa place, qu’il sera toujours votre enfant, que vous l’aimerez toujours autant. Profitez de ces moments pour lui rappeler comment c’était quand il était bébé, sortez des photos, regardez des vidéos. À force de vous entendre dire que vous l’aimez, il gagnera en confiance. Essayez de rendre visite à des amis qui viennent d’avoir un bébé, cela lui permettra de comprendre un peu plus la réalité du bébé qui s’en vient.

Même s’il est recommandé de lui faire part de votre fierté parce qu’il est maintenant grand, qu’il dort dans un grand lit, qu’il fait pipi dans la toilette, qu’il vous aide, faites attention à ne pas le faire vieillir trop vite. Quand il verra le bébé passer le plus clair de son temps dans vos bras et pas lui parce « qu’il est grand maintenant », vous pourriez l’encourager à régresser dans ses comportements dans le but de redevenir le bébé qui aurait toute votre attention.

La rivalité selon les âges

Dans un monde idéal, frère et sœur s’entendraient… comme deux sœurs ou deux frères! Il est d’ailleurs un peu ironique de décrire sa meilleure amie comme étant « une vraie sœur pour moi », alors que dans la réalité, les enfants d’une même famille mettent souvent des années avant de trouver la bonne entente. Il n’est pas rare d’ailleurs que frère et sœur vieillissent sans rien avoir en commun et s’éloignent à l’âge adulte, sans jamais avoir développé d’affinités particulières. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte quand vient le temps d’évaluer les rivalités fraternelles : le sexe des enfants, leur rang dans la famille, et l’écart d'âge entre eux auront une incidence sur leur comportement.

Avant 7 ans

L’enfant est centré sur lui-même et ne partage pas facilement. Il est égocentrique et ne comprend pas qu’un jouet prêté lui sera remis plus tard. Il peut crier et faire des crises.

Entre 7 et 10 ans

C’est la période du « T’es plus mon amie si tu… », phrase qui est distribuée à tout un chacun à la moindre contrariété. Comme l’enfant a atteint l’âge de raison, on tente de lui expliquer que le chantage ne fait qu’aggraver les relations et on l’amène à trouver d’autres solutions pour manifester son mécontentement.

Entre 10 et 14 ans

Période d’entre-deux, l’enfant peut aussi se montrer ambivalent, sautant au cou de son frère/sœur une minute et l’envoyant promener la minute suivante. Comme à cet âge ils ont développé le sens de ce qui est juste, donnez-leur une chance de régler leurs conflits eux-mêmes et n’intervenez que lorsque la situation s’envenime.

Après 14 ans

Voilà l’adolescence et ses bouleversements hormonaux, familiaux et sociaux. C’est à partir de là que l’adulte en devenir se forme le plus. Il développera des principes moraux et une éthique personnelle à partir des valeurs qui lui auront été inculquées depuis son très jeune âge. Comme il est plus renfermé, des conflits peuvent se développer avec frère et sœur, mais habituellement, ce n’est que pour un temps.

Reconnaître la jalousie

Un enfant manifestera sa jalousie de plusieurs manières différentes, mais il est certain que son comportement va changer et, en étant attentive à ses réactions devant l’arrivée d’un nouveau bébé par exemple, vous remarquerez les changements et pourrez mieux intervenir.

Un enfant jaloux aura tendance à :

  • essayer d’attirer l’attentionse renfermer sur lui;
  • être souvent maussade;
  • ne plus vouloir faire les activités habituelles;
  • montrer de grands signes d’affection au père pour rendre maman jalouse;
  • vouloir être pris dans les bras et porté;
  • se comporter comme un bébé (sucer son pouce, faire pipi dans sa culotte, demander à porter des couches ou à boire au biberon);
  • désobéir aux consignes;
  • faire des bêtises par exprès;
  • essayer de frapper ou de mordre le bébé.

Attention aux …

  • préférences évidentes. On n’en est pas toujours conscient, mais lorsqu'on trouve des excuses au même enfant au détriment d’un autre, il est évident que l’on alimente la rivalité plutôt que de la calmer;
  • comparaisons qui sont si faciles à faire parce qu’un est jovial et l’autre taciturne, parce qu’un est sportif et l’autre artiste. Rappelez-vous que les enfants SONT différents et que personne ne tire avantage des comparaisons;
  • préférences reliées au sexe de l’enfant. À force de répéter que vous avez toujours voulu une fille – ou un garçon –, l’autre ne peut que se sentir rejeté puisqu’il n’est pas « du bon sexe »;
  • réactions que vous avez face à la rivalité entre vos enfants. Si vous l’interdisez complètement, vous risquez de l’alimenter. À l’opposé, l’indifférence face à cette situation ne règle rien non plus.

Trucs pour atténuer les rivalités

  • Vous pouvez vous procurer une poupée qui ressemble à un bébé, avec quelques articles comme des couches, un biberon, une petite couverture et, lors de votre retour à la maison, vous pourrez confier à votre aîné la responsabilité de « son bébé à lui ». Il fera comme vous et se sentira moins à l’écart.
  • Réservez du temps de qualité, de l’intimité pour chacun de vos enfants. Il n’est pas nécessaire que ça dure des heures, l’important c’est que chacun sente qu’il compte pour vous et qu’il a toujours sa place.
  • Ne forcez jamais l’enfant à s’intéresser à son cadet. Il le fera tout naturellement, en temps et lieu.
  • Ne laissez jamais le bébé et votre premier-né seuls ensemble, car il pourrait faire mal au bébé, sans le faire exprès ou pour manifester sa contrariété.
  • Veillez à ce que le bébé ne soit pas le seul centre d’attention de la visite, surtout si tout le monde arrive avec un cadeau pour bébé. Pensez à lui acheter un petit cadeau et profitez-en pour vanter ses qualités devant les autres.
  • Laissez-le vous aider avec bébé, en allant chercher la couche, un pyjama ou un jouet.

Pour les enfants plus vieux

  • Essayez de les laisser résoudre leurs problèmes eux-mêmes en évitant de prendre parti.
  • Ne faites pas de reproches sans leur avoir laissé le temps de s’entendre.
  • Ne cherchez pas à savoir ‹‹ qui a commencé ››, vous ne ferez qu’ajouter à la tension entre eux.
  • Récompensez la bonne entente et non les disputes, même si c’est pour consoler un des enfants.
  • Établissez des règles claires sur ce qui n’est pas acceptable comme comportement (injures, coups, etc.)
  • Ne tolérez jamais des comportements agressifs.
  • Incitez-les à résoudre leurs conflits en parlant, en s’expliquant plutôt qu’en se disputant. Ça ne fonctionnera pas tout le temps, mais le message va finir par passer.
  • Donnez-leur une tâche à réaliser ensemble.

Si vous sentez le besoin d’approfondir le sujet, il existe de nombreux livres tant pour les adultes qui tentent d’y voir plus clair que pour les enfants de 2 à 11 ans aux prises avec ces rivalités qui menacent l’harmonie familiale. Nous vous avons préparé une liste spéciale contenant plusieurs suggestions.

Image de Sonia Cosentino

Infolettre




Cette semaine
Parents divorcés - comment survivre au temps des Fêtes?

Vivre un Noël en « garde partagée » n’est pas simple, ni pour le cœur ni pour le casse-tête d’organisation qu’il exige. Voici des pistes pour survivre à cette période émotionnellement forte.

Choisir un cadeau de Noël non violent

Le rêve de tout parent est, bien sûr, de trouver enfin LE jouet. Celui qui fera briller de joie les yeux de l’enfant lorsqu’il ouvrira son cadeau et avec lequel il pourra jouer pendant des heures...

Les préparatifs de Noël

Avez-vous déjà commencé vos préparatifs de Noël? Vous avez les petits calendriers de l'Avent pour les enfants? Eh oui, on est déjà en mode préparation parce qu'on aime cette fête familiale!

Le temps en famille et les traditions

En raison de nos vies souvent frénétiques, il est difficile de s’arrêter pour passer du temps en famille à moins qu'une occasion spéciale comme un anniversaire, Noël ou Pâques ne nous y oblige!

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram