Famille

Implication parentale - temps de qualité vs quantité

Les mères, et particulièrement celles qui travaillent à l’extérieur de la maison, comprennent trop bien ce sentiment : la culpabilité. Et si la quantité de temps passé avec notre enfant n’était pas si importante?

Entendons-nous : chacune des minutes passées avec nos tout-petits est importante – pour eux, et tout particulièrement pour nous! Mais une étude récente a récemment démontré que ce n’est pas, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la quantité de temps passé avec un enfant qui est véritablement importante, mais bel et bien la qualité de celui-ci.

La maternité intensive

En anglais, on parle de « intensive mothering » : cette sacralisation du temps mère-enfant, omniprésente en Amérique du Nord, qui veut que ces moments ensemble soient tous uniques et irremplaçables. Selon ce principe, la mère étant plus sensible, elle aurait un rôle doublement important à jouer auprès de l’enfant et devrait, pour son bon développement, être présente le plus possible dans sa vie : comprendre si possible, tout le temps. C’est dire que les femmes qui aspirent à avoir une carrière, ou celles qui doivent quitter la maison pour diverses raisons devraient se sentir mal de « parker » leur enfant à la garderie. En effet, certains estiment (et clament haut et fort) que le temps passé avec la mère est plus important que celui passé avec tout individu et qu’il y aurait des conséquences néfastes pour l’enfant qui en serait privé.

Attentes extrêmes

Évidemment, ces attentes extrêmes s’accompagnent d’un lot de stress incommensurable. Non seulement ça, mais elles sont aussi à la base du phénomène de la « superwoman » : cette femme invincible qui arrive à tout faire, métro-boulot-bébé (et qui ne porte même pas de cache-cernes!) La vérité, c’est que les mères indignes qui travaillent (et même celles qui restent à la maison) ont extrêmement de difficulté à atteindre les buts que la société a fixés pour elles, et pourtant, on passe plus de temps avec les enfants aujourd’hui que dans les années 1970 – alors que la moyenne des femmes qui exerçaient un métier à l’extérieur de la maison était beaucoup plus bas.

Quantité ou qualité?

D’après une étude (Does the Amount of Time Mothers Spend With Children or Adolescents Matter?) parue récemment dans la revue Journal of Marriage and Family, il semblerait que tout ce précieux temps n’aurait, finalement, aucun impact sur l’avenir de l’enfant. En s’appuyant sur des données recueillies auprès de 2 383 enfants et adolescents, les chercheurs en sont en effet venu à la conclusion que la quantité de temps passé avec l’enfant ne changerait rien. « Il n’y a aucune relation de cause à effet entre la quantité de temps passé avec l’enfant et ses résultats (comportementaux, émotifs ou scolaires) », explique la professeure de sociologie et coauteure de l’étude, Melissa Milkie. Ce qui ne revient absolument pas à dire qu’il est inutile de passer du temps avec son enfant : la qualité est tout simplement préférable à la quantité.

Et le papa?

Si on présume que le temps passé avec la mère est irremplaçable, que devient alors le rôle du père? Est-ce que son temps à lui serait moins riche, moins important? Non : que le temps de qualité soit passé avec la mère ou le père, les résultats sont les mêmes. Contre toute attente, on a découvert que c’est surtout chez les adolescents que la quantité de temps passé en famille avait de réelles conséquences sur l’estime de soi et sa confiance. En effet, l’étude a démontré de façon significative que plus les adolescents passaient du temps entouré de leur famille, moins ils étaient enclins à avoir des comportements délinquants.

Des facteurs déterminants

Par ailleurs, l’étude a prouvé qu’en dépit du temps que vous passez avec vos enfants, ce qui influence réellement leur réussite scolaire et leurs comportements, c’est en premier lieu l’éducation des parents et leurs ressources financières. Comme on l’avait aussi démontré auparavant, la structure familiale joue un rôle déterminant dans l’épanouissement de l’enfant.

Bref : vous faites de longues heures au bureau? Vous voulez passer un weekend en amoureux et faire garder les enfants? Déculpabilisez-vous : vous n’êtes pas en train de « casser » vos enfants! Au contraire! Le stress que vous ressentez, à force de vouloir tout faire, est ressenti par l’enfant et a bel et bien, lui, des répercussions sur sa réussite scolaire et son épanouissement.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram