Santé

La discipline, c’est plus que des punitions!

Comment encadrer efficacement nos enfants sans multiplier les menaces et les punitions? Lisez ces quelques conseils de Nancy Doyon.

Nous témoignons de l’amour à nos enfants en leur donnant un cadre, en les sécurisant. Nous voulons en faire des citoyens responsables. C’est en leur apprenant des règles, une façon de vivre que nous leur apprenons l’autodiscipline. Malheureusement, pour plusieurs, encadrer se résume à relever chacune des erreurs de l’enfant, à faire des reproches, à répéter, à hausser le ton et à sévir alors qu’il existe bien d’autres moyens de fournir un cadre stable qui leur permettra de grandir harmonieusement.

Quelle différence entre conséquence et punition?

En fait, le mot « conséquence » n’est pas un synonyme de « punition ». Une conséquence, c’est le résultat d’un choix ou d’un geste posé. En ce sens, il y a des conséquences positives et des conséquences négatives. Si je mets beaucoup d’efforts à préparer un examen, la conséquence sera probablement une meilleure note et beaucoup de fierté, alors que si je bâcle mon travail, le résultat sera probablement moins satisfaisant.

Bien que l’utilisation des punitions s’avère parfois nécessaire et efficace afin de modifier certains comportements, il reste préférable d’utiliser, chaque fois que c’est possible, des conséquences logiques ou naturelles puisqu’elles responsabilisent davantage l’enfant. Dans certains cas, il n’est même pas nécessaire de sévir : une simple discussion ou des rappels affectueux peuvent suffire.

Il faut aussi faire attention à l’excès de mesures punitives, aux critiques incessantes et aux punitions humiliantes ou démesurées (retraits pendant plusieurs heures, à genoux dans le coin, laver le plancher, douche d'eau froide, etc.) Les menaces répétées sont aussi à proscrire (Si tu ne m’écoutes pas, je t’enlève ton jouet préféré!)

Les dangers de l’abus de mesures punitives et de critiques
  • Augmentation de la colère et de l’agressivité
  • Envie de se « venger »
  • Déresponsabilisation (C’est la faute de mon méchant parent)
  • Tentatives de l’enfant de déjouer son parent (Pas vu = pas pris)
  • Baisse de l’estime de soi (Je suis méchant, pas aimable)
  • Confrontations répétées, « Game » de pouvoir
  • Détérioration de la relation parent/enfant
  • Climat familial négatif.
Trucs et astuces pour susciter la collaboration
  • Choisissez vos batailles!
    Plus on critique, moins les enfants écoutent! Alors, ne relevez pas chacune de leurs erreurs et laissez passer les comportements qui n’ont que peu d’importance ou qui risquent de s’arrêter d’eux-mêmes. Rappelez-vous que vous avez bien une vingtaine d’années pour élever vos enfants! Vous pouvez donc reporter certains apprentissages à plus tard…
  • Ayez une attitude généralement agréable envers votre enfant.
    Ayez régulièrement des moments de plaisir avec lui et assurez-vous de lui donner sa « ration quotidienne » d’amour et d’attention.
  • Ayez des règles et des routines claires et constantes.
    Écrivez, sur un carton, 5 ou 6 règles et affichez-les au mur. Faites de même avec les routines du matin et du soir. Il peut être pertinent d’utiliser des pictogrammes afin d’aider les enfants à visualiser rapidement ce qu’ils ont à faire. Si Jérôme prend son bain tous les soirs après son émission, il cessera, à la longue de s’obstiner.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram