Santé

Le torticolis du nouveau-né

Le torticolis musculaire congénital (TMC) consiste en une position de la tête, inclinée du côté d’une épaule avec une rotation du côté de l’épaule opposée.

Le TMC se développe dans les premiers jours ou semaines de vie du bébé, il est causé par la contraction d’un muscle du cou, le sterno-cléido-occipito-mastoïdien (SCOM). La tête du bébé est inclinée du côté du muscle tendu. On observe dans certains cas la présence d’une petite masse fibreuse (de la taille d’une olive) sur le muscle en tension. Cette masse disparaît d’elle-même entre le 6e et 12e mois de vie de bébé. Le TMC régresse de lui-même dans 75 % des cas avant l’âge de 8 mois. Le torticolis peut entraîner à moyen et à long terme s’il n’est pas traité certaines anomalies telles que:

  • Une déformation du visage (asymétrie faciale)
  • Une déformation de la tête (plagiocéphalie)
  • Un trouble de la vision (troubles fonctionnels oculaires)
  • Une déformation de la colonne vertébrale (scoliose cervico-thoracique)
Causes reliées au torticolis

De nombreuses théories sont élaborées pour expliquer les causes reliées au torticolis du nouveau-né. La position du bébé dans le ventre de la mère, qui occasionne des tensions sur le cou et la tête du bébé est la cause la plus souvent citée par les pédiatres et les spécialistes. Une autre cause est en lien avec les manipulations obstétriques qui surviennent lors de l’accouchement. L’utilisation de forceps ou de ventouse peut aussi occasionné des tensions musculaires.

Évaluation du torticolis

Le torticolis peut être plus ou moins sévère et le degré de sévérité est classé selon 2 mesures d’évaluation;

  • L’amplitude du mouvement de rotation de la tête vers la droite et la gauche.
  • L’amplitude du mouvement d’inclinaison de la tête vers l’épaule droite et l’épaule gauche
Amplitude de rotation

L’amplitude du mouvement de rotation normale de la tête du centre vers la droite (ou vers la gauche) est de 90 degrés. On mesure la sévérité de limitation de cette amplitude de mouvement selon les degrés de restriction :

  • 0 à 30 degrés de restriction : raideur légère
  • 30 à 60 degrés de restriction : raideur moyenne
  • 60 à 90 degrés de restriction : raideur sévère
Amplitude d’inclinaison

L’amplitude du mouvement d’inclinaison normale de la tête à partir du centre vers l’épaule droite (ou la gauche) est de 45 degrés. On mesure la sévérité de limitation de cette amplitude de mouvement selon les degrés de restriction :

  • 0 à 15 degrés : raideur légère
  • 15 à 30 : raideur moyenne
  • 30 à 45 degrés : raideur sévère
Évaluation globale

On observe dans plusieurs cas que le torticolis peut occasionner d’autres anomalies qui affectent l’ensemble du corps du bébé, en particulier le bassin et la colonne vertébrale. Cette compensation globale du corps s’explique par la compréhension et la connaissance de l’anatomie.

Lorsque le corps du nouveau-né est soumis à des tensions situées au cou, à la tête et à l’épaule, on remarque que le bassin à tendance à se rapprocher du côté où la tête est inclinée pour soulager la tension musculaire du cou causé par le torticolis. Par exemple, un bébé qui présente un torticolis avec la tête inclinée vers l’épaule droite, on observe que le bassin se rapproche de cette épaule comme si tout le corps du bébé forme un demi-cercle. Cette dynamique d’adaptation s’explique par les liens des composantes musculaires qui relient l’ensemble des parties du corps entre elles.

Traitement en ostéopathie

L’ostéopathe utilise la connaissance de l’anatomie et la compréhension de la dynamique de l'adaptation musculaire afin d’évaluer les tensions locales (le cou, la tête, l’épaule) et celles à distance (le bassin et le reste du corps) pour traiter les restrictions causées par le torticolis.

L’ostéopathe utilise des manipulations précises et légères sur les différentes parties du corps du nourrisson dans le but d’assouplir graduellement les tensions localisées dans les structures musculaires et ligamentaires altérées par la présence du torticolis.

« Ma longue expérience en ostéopathie pour le nourrisson m'a permis de comprendre qu'il est important de faire participer les parents à l’examen clinique des mouvements de la tête et de l’observation de la position des différentes parties du corps du nouveau-né. Cette procédure permet aux parents dans un premier temps de mesurer les degrés des limitations causées par le torticolis et par la suite leur offre l’opportunité de pouvoir observer l’amélioration de la condition de leur bébé suite aux traitements en ostéopathie ».

« Durant le traitement en ostéopathie, je prend le temps d'enseigner des exercices d’étirements  et des conseils de positionnement aux parents qu'ils devront faire à la suite de notre rencontre. Cette dynamique vise à faire participer les parents par des compétences simples et efficaces à la normalisation progressive du torticolis et réduit le nombre de traitement en ostéopathie ». Les exercices et le positionnement doivent être pratiqués jusqu’à ce que les degrés de limitation des mouvements de la tête et la position globale du corps du bébé se rapprochent de la normalité.

Références

Turgeon, J., Dictionnaire thérapeutique pédiatrique Weber, Gaëtan Morin, 2017

Le Manuel Merck, traduction en français de la 18e édition, Merck Research Laboratories, 2006

Vekemans, G., L’ABC de la santé des enfants, Les Éditions La Presse, 2013

Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, INSPQ, 2017

Bernard C., Recherche qualitative sur la spécificité de la pratique clinique en ostéopathie pour le nourrisson, CEO, 2008

Camille Bernard
Ostéopathe, DO.

Diplômée d'un Baccalauréat (Hons) en Sciences de l'Ostéopathie de l'Université de Wales UK. Cette formation a été suivi au Collège d'Études Ostéopathiques de Montréal. Au cours de sa formation elle a dirigé une recherche qualitative sur la spécificité clinique de l'ostéopathie pour le nouveau-né et rédigé un mémoire de maîtrise sur les asymétries crâniennes du nourrisson. Spécialisée en périnatalité, les hôpitaux, CLSC, maisons de naissances et cliniques médicales lui réfèrent des patients pour des traitements en ostéopathie. Elle a été marraine d'allaitement pour Nourri Source pendant plus de 20 ans.  camillebernardosteopathe.com

Infolettre




Cette semaine
Les pères prêts pour la conciliation travail-famille

Afin d'obtenir de meilleures mesures de conciliation travail-famille dans le cadre de leur travail, plus du tiers des pères québécois seraient prêts à gagner un revenu moindre et plus de la moitié seraient ouverts à changer de boulot.

Parents - la peur de ne pas en faire assez!

Bien s’occuper de ses enfants, c’est une chose. Avoir peur de ne pas en faire assez au point de s’en rendre malade, c’en est une autre! Faites-vous partie de ceux qu’on appelle les hyperparents?

Les pères et le TDAH – L’impact sur les enfants

Dans près de 50% des cas, les enfants qui reçoivent un diagnostic de trouble du déficit ont au moins un parent qui en souffre. Étonnamment, lorsque papa en souffre, les conséquences sont plus grandes chez l’enfant.

Une horloge biologique masculine

On parle souvent de l'horloge biologique pour expliquer que les femmes cherchent à procréer une fois atteint un certain âge. Qu'en est-il des hommes?

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram

Activités de la semaine

Les meilleures activités et sorties de février