Papa

Parler avec son enfant, c’est important

Puisque vous prenez le temps de me lire, c’est possiblement que le développement du langage vous intéresse. Si vous avez consulté d’autres articles, ou fouillé dans des livres, vous avez sans doute remarqué qu’à plus d’une reprise, on mentionne combien il est important de parler à son enfant. Cela semble si simple, si naturel et si évident. Il est vrai que pour plusieurs d’entre vous, c’est facile et intuitif, mais pour d’autres, le désir de bien faire devient peut-être une source de stress.

Dans cet article, vous ne trouverez pas que des conseils de stimulation du langage, mais vous verrez combien il est d’abord intéressant de vous connaître. Car quoi que je puisse vous suggérer, si mes suggestions ne correspondent pas à votre style de communicateur, vous ne serez pas à l’aise de les mettre en pratique. En fin de compte, cela risque plutôt de créer entre vous et vous enfant, frustration et insatisfaction. Et surtout, vous risquez de perdre l’élément le plus important que vous désirez partager avec votre enfant : le plaisir!

Communiquer : c’est notre pain quotidien

Dans votre vie de tous les jours, il semble si naturel de communiquer avec les autres. Toutes les situations s’y prêtent : dès que vous vous trouvez en présence de votre conjoint, de vos amies, de vos voisins, de vos patrons ou de vos confrères de travail et même au téléphone, remplacé souvent par les textos ou l’Internet. Tous ces mots échangés pour prendre des nouvelles, faire une demande, transmettre une information ou un potin sont la preuve que nous aimons communiquer avec les autres. Mais lorsque bébé arrive à la maison, les questions surgissent : est-ce qu’il me comprend? Est-ce que je dois lui parler et de quoi dois-je lui parler?

Je parle un peu, beaucoup ou énormément!

Peut-être vous reconnaissez-vous dans l’une des descriptions qui suivent :

Beaucoup de gens aiment parler. Mais il se peut que dans votre entourage, il y ait quelqu’un que vous pourriez décrire comme « pas trop jasante ». Cette Marie vous écoute bien sûr, semble intéressée par ce que vous lui dites, elle vous répond, mais si brièvement que ça ne vous invite pas beaucoup à poursuivre.

Peut-être que Marie semble n’avoir jamais rien à raconter, et qu’elle ne vous pose pas de questions pour s’informer de vous.

Par contre, à l’opposé, vous avez sûrement autour de vous des gens qui semblent toujours avoir quelque chose à dire, à raconter, qui prennent facilement part à une conversation. Parmi les plus « jasantes » de celles-là, il y a bien cette autre personne qui occupe toute la place de la discussion et à l’extrême, écoute peu les autres.

S’adapter au langage du bébé, c’est bien beau, mais…

Ça ne paraît pas sorcier de prime abord, mais il est intéressant de vous connaître afin de savoir si vous sentez à l’aise pour écouter et observer les signes que l’enfant vous donne. Car comme il était mentionné dans mon premier article, le bébé donne une foule de signes qui expriment ses désirs : il vous revient de les identifier et d’y répondre.

Des parents m’ont déjà fait part de leurs inquiétudes concernant le fait de ne pas avoir d’intérêt pour faire des « gagas gougou », comme ils me disent.

D’autres parents m’ont mentionné avoir si peur de ne pas assez stimuler leur enfant qui pourrait avoir un retard dans son développement, qu’ils lui parlent de tout, en tout temps, dès qu’il est éveillé.

Parler avec l’enfant selon son âge

Les besoins et la manière de communiquer avec son enfant varient selon son âge et les étapes de son développement. Il existe des moyens connus pour être plus efficaces que d’autres. Si vous désirez tenter votre chance, alors pourquoi ne pas essayer ceci :

Avec un bébé
  • Regardez-le et observez ses mouvements;
  • S’il fait un son alors, attendez qu’il ait terminé et répétez-le;
  • Lorsque vous vous adressez à lui, prenez un ton doux et sans couper les mots comme un robot, parlez-lui plus doucement, plus lentement. L’intonation de votre voix, si elle est plus chantante, l’intéressera;
  • Il vous regarde pendant que vous le baignez ou changez sa couche. Si vous ne savez pas de quoi lui parler, expliquez-lui simplement ce que vous êtes en train de faire : « je vais changer ta couche. Tu vas te sentir bien, tout propre. »
  • Vous pouvez aussi décrire ce que vous pensez qu’il ressent : « Oh, tu n’as pas l’air content! » ou « Tu aimes l’eau toi, tu vas faire un bon nageur! »
Avec un enfant plus vieux
  • Quel que soit l’âge de l’enfant, laissez-lui du temps pour s’exprimer;
  • S’il tente de vous parler, démontrez-lui que vous l’avez entendu en lui répondant.
  • Employez des phrases juste un petit peu plus longues que ce qu’il a fait.

C’est ici que le style de communicateur entre en jeu. Si vous êtes de celles qui parlent beaucoup, il se peut que vous ne vous rendiez pas compte que vous répondez à la place de votre enfant, que vous l’interrompez et continuez ses idées ou encore, qu’il ne puisse pas placer un mot, comme on dit entre nous. Votre enfant pourra développer de mauvaises habitudes comme vouloir toujours interrompre, ou encore, s’il veut s’exprimer à tout prix, il pourrait se mettre à parler très vite, afin de tenter de finir ce qu’il a commencé à dire avant d’être interrompu.

Par contre, si vous êtes une personne peu « jasante », et que vous ne lui répondez pas, sachez qu’il ne profitera pas de l’enseignement que vous pourriez lui transmettre en allongeant les phrases ou en corrigeant une phrase mal construite.

L’enfant qui ne se développe pas comme on s'y attend

Certaines d’entre vous auront peur d’être incompétentes et de faire des gaffes en enseignant mal à leur enfant. Disons que le langage ne devrait pas être vu comme un enseignement, mais comme faisant partie de l’éducation qu’on donne à l’enfant, comme apprendre à marcher, à aller à la toilette, à avoir de bonnes manières à table ou autre. Il y a une partie qui provient de ce que le parent procure à l’enfant (un bon modèle, des exemples), mais une partie appartient au potentiel et aux capacités de l’enfant.

Certains parents pensent que c’est de leur faute si leur enfant parle moins ou moins clairement qu’un autre du même âge. Et pourtant, cela n’est pas le cas. Sans rentrer dans les détails, il importe de savoir que votre enfant présente des caractéristiques d’apprentissage du langage différentes des autres enfants, qu’il a peut-être besoin de plus de stimulation ou encore, qu’on lui montre autrement. Dans ce cas, il est utile de savoir ce qui fonctionne le mieux et comment le pratiquer avec notre enfant.

Guide du langage de l'enfant de 0 à 6 ans

Sylvie Desmarais
Éditions Quebecor
2010
ISBN : 9782764020463
29,95 $

 

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram