Papa

Oh, c'est un petit gêné!

Voici le scénario: une soirée en amoureux au restaurant. Les enfants se font garder. À peine assis, le serveur, qui est sûrement une très bonne personne, arrive avec un surplus d’énergie pour vous expliquer les spéciaux

Vous lui demandez gentiment de revenir dans quelques minutes, vous aimeriez prendre votre temps. 60 secondes plus tard, il revient  pour voir si vous voulez quelque chose à boire. 

On l’a tous déjà vécu ce moment. On veut juste relaxer et prendre son temps et notre serveur nous fait sentir comme s’il y avait un feu dans la cuisine. (petite confession: j’ai été ce serveur à mes débuts dans la restauration et je vous assure que l’intention est bonne).

Ce qui m’amène à un autre moment qu’on a tous vécu. Un étranger vous approche, alors que vous êtes avec votre jeune enfant. Il lui fait des grimaces, essaie de capter son attention et après plus ou moins 15 secondes vous dit:

 « Oh, c’est un petit gêné. »

Vraiment? Parce qu’il ou elle n’a pas réagi en moins de 15 secondes à un étranger, ça fait de lui un petit gêné… 

C’est un exemple extrême mais pas tant que ça. 

Et c’est vrai, il y a des enfants plus timides que d’autres. Quand on voit certains enfants entrer pour la première fois dans un cours de groupe et tout faire sans même qu’il y ait de période d’adaptation, on arrive à se demander pourquoi pas le mien…

Et en tant qu’animateur de cours pour enfants, j’entends souvent cette phrase: 

« Mais vous savez, mon enfant est gêné. » 

J’étais un de ces enfants. À mon premier cours de gymnastique à 4 ans, j’ai suivi les 5 premiers cours assis sur le côté sans bouger une seule fois. Quand mes parents me demandaient pourquoi je ne participais pas, je répondais: 

« Je regarde, bon! »

Et pourtant, j’étais toujours très enthousiaste à l’idée d’aller au cours. Et ce n’est qu’à partir de la 6e semaine que je me suis mis à participer.

27 ans plus tard, j’aime toujours autant prendre mon temps. J’aime analyser, observer et y aller à mon rythme. Je peux même sembler au premier regard, plutôt froid comme personne. 

Mais personne ne dirait que je suis gêné.

J’étais donc très bien placé quand j’ai commencé à donner des cours Sportball à l’automne 2011 pour bien comprendre les enfants « gênés ».

Mes trucs ne vont peut-être pas fonctionner pour vous. Ils proviennent de mon vécu à enseigner le sport à des milliers de jeunes au cours des 8 dernières années.

Allons-y!

1: Je déteste le mot gêné.

Dire qu’un enfant est gêné (ou un « petit monstre » dans l’autre extrême) est lui attribuer un trait de caractère qui peut lui sembler inchangeable. Il se dit:

« Je suis gêné et je serai toujours comme cela ».

Il peut même arriver qu’il agisse pour confirmer ce trait de caractère. 

Si un parent dans un de mes cours me dit: « mon enfant est gêné », j’ignore complètement la remarque. Ensuite, j’approche l’enfant comme suit:

Moi: Allo Mathieu, moi c’est coach Olivier. (en m’agenouillant)

Mathieu: (se cache derrière maman ou papa)

Moi: Aucun problème Mathieu, tu veux prendre ton temps. Je te laisse un beau ballon orange et tu vas pouvoir jouer avec maman. On se voit tantôt! (puis je repars sans la moindre déception)

Mathieu: (prend habituellement le ballon et va jouer avec papa ou maman)

Ce que je viens de faire: 
  • Je me suis présenté à sa hauteur
  • Je n’ai mis aucune pression
  • Je lui ai dit qu’il peut prendre son temps
  • Je lui ai laissé de l’espace
  • Je lui ai donné quelque chose (ex: ballon pour jouer) comme point d’ancrage

Ensuite, je reviens quelques minutes plus tard et mes chances d’interaction avec Mathieu viennent de tripler (selon mes statistiques inventées). 

Jamais je ne prononce le mot gêné. Car je me souviens qu’enfant tout ce que je voulais c’était de prendre mon temps. Et qu’on me respecte.

Il se peut qu’un enfant soit timide, je vous l’accorde. Mais lui dire:

 « Ne fais pas ton petit gêné"

ou prévenir tout le monde qu’il ou elle est gêné(e) n’aide en rien la situation. Votre enfant prend sont temps. Il y va à son rythme. Il ne faut pas lui imposer le nôtre. 

"Alors je fais quoi, j’attends patiemment qu’il soit prêt?"

Dans mes cours de sports, je recommande au contraire d’être proactif. Participez et répétez les mots-clés. Suivez les consignes. Faites les exercices. Ça peut prendre quelques cours, mais il vous rejoindra à coup sûr. 

Et ça ne veut surtout par dire que votre « petit gêné » le sera toute sa vie. 

Un jour, il deviendra peut-être animateur de cours pour enfants ou mieux encore, le serveur un brin trop intense qui ne vous laisse pas relaxer au resto en amoureux…

Olivier  Rousseau

Sportif depuis toujours, mon entreprise Sportball Rive-Nord me permet de transmettre ma passion du sport et d’une vie saine et active à la prochaine génération de sportifs. Papa, entrepreneur et coach dévoué, j'habite val-david avec ma femme et mes deux petits gars. En plus de mon blog, j'offre aussi des services en Coaching Parent-Entrepreneur en plus de faire de la consultation en PME.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram