Papa

Leçons de ma grand-mère de 96 ans

Imagines la scène suivante. Ta grand-mère ou arrière-grand-mère dans sa chaise berçante, avec son nouveau-né, un soir d’été en 1920. Dans sa maison d’époque, près de la fenêtre à écouter le bruit des criquets et le craquement répétitif de la chaise berçante.

Une brise se faufilant par la fenêtre alors qu’elle regarde son enfant s’endormir.

Maintenant, imagines la scéne suivante: un jeune papa de 30 ans qui berce son fiston en 2018. Ses yeux rivés sur le téléviseur. Son Iphone est à portée de main ainsi que le reste du souper.

Un soir comme un autre, c'est ma vie. Mais pas ce lundi. Ce soir-là, j’ai éteint mon cellulaire, le téléviseur et laissé les restants dans le frigo. J’ai bercé mon fils comme ma grand-mère l’aurait bercé. 

Collé peau à peau, près de la porte-patio qui laissait entrer l’air frais. J’écoutais pour la première fois depuis longtemps la mélodie des criquets d’un soir d’été. Mon regard partagé entre mon fiston qui s’endort et l’immensité du ciel étoilé.

Avec comme seul bruit le grincement de la chaise berçante et les respirations de mon fils. Ce soir-là, j’ai réappris à me bercer. 

On parle souvent de l’omniprésence de la technologie dans nos vies. Quel sera l’impact sur nos enfants. Blog, journaux et experts, tous ont leur opinion. Pas avant 2 ans. Pas plus de 30 minutes par jour. 2 heures par jour selon d’autres sources.

Et pourtant, nous sommes une génération de parents qui passe plus de 3 heures par jour sur notre Iphone. Esclave à la moindre notification. De peur de manquer «quelque chose». Un courriel. Un message sur Facebook. La nouvelle vidéo drôle sur youtube.

Manquer «quelque chose»... Mais quoi au juste? Ça personne ne le sait. Mais on a tellement peur de le manquer. Est-ce vraiment si effrayant?

Ce soir-là, j’ai manqué une défaite de 5-1 du canadiens en match présaison, et aujourd’hui il me reste des restants de mon souper qui serviront pour mon lunch. 

Mais il a «quelque chose » que je n’ai pas manqué. Un moment présent partagé avec mon fils, les étoiles et ma chaise berçante. Un des plus beaux souvenirs de mes débuts comme papa.

Je ne glorifie pas le «bon vieux temps». La vie était beaucoup plus dure à l’époque. Et être parent n’est pas nécessairement plus facile aujourd’hui. Différentes époques. Différentes difficultés.

Les parents aujourd’hui en savent plus sur le développement de l’enfant mais n’ont plus le même support des voisins et de la communauté. Et la mortalité infantile n’est plus monnaie courante comme elle l’a déjà été. 

Par contre, la pression d’être le parent parfait n’existait pas à l’époque. Ou pas de la même manière. Le rôle des parents a beaucoup évolué. Souvent dans la bonne direction, mais pas tout le temps.

J’ai eu la chance de visiter 5 continents, bâtir une entreprise et empocher deux diplômes universitaires. Tout ça avant de devenir papa. J’ai plus d’expérience soit disant «extraordinaire» en 30 ans de vie que ma grand-mère Irène qui en a 96. 

À l’époque, elle entendait parler d’Ottawa à la radio, une destination exotique qu’elle ne s’imaginait probablement pas visiter de son vécu. Aujourd’hui, je peux aller en islande pour 150$.

Mais ma grand-mère Irène a eu 16 enfants. Elle leur a tout donné s’assurant qu’ils ne manquent de rien. Lorsqu’on se réunit dans sa vieille maison centenaire, je prends toujours un moment pour l’observer se bercer au milieu de sa grande famille, le sourire aux lèvres, profitant du moment présent.

Ma grand-mère n’a pas visité tous les continents de la terre ni amassé une fortune. Tout ça lui importe peu. Car elle sait au fond d’elle qu’aucun voyage ou fortune ne vaut une simple minute entourée de sa famille. Dans sa petit maison centenaire, se berçant tout doucement, la fenêtre entrouverte laissant passer une petit brise par un soir d’été.

Je t’aime grand-maman

Olivier  Rousseau

Sportif depuis toujours, mon entreprise Sportball Rive-Nord me permet de transmettre ma passion du sport et d’une vie saine et active à la prochaine génération de sportifs. Papa, entrepreneur et coach dévoué, j'habite val-david avec ma femme et mes deux petits gars. En plus de mon blog, j'offre aussi des services en Coaching Parent-Entrepreneur en plus de faire de la consultation en PME.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Instagram