Papa

Le danger du mot : tantôt

Je suis un partisan de l'adage: « Pourquoi faire aujourd'hui ce qu'on peut remettre à demain? ».

Je dois l'avouer je suis du genre Procrastinateur ascendant Paresseux. Il faut dire que je suis efficace sous pression. Quand le deadline est serré. Parlez-en à Maude, la rédac chef de Mamanpourlavie.com… On remet toujours nos textes à la date limite!

Mais avec ce type de personnalité, revient souvent le mot « tantôt ». Quand tu deviens parent, il devient un de tes meilleurs amis. Mais il peut rapidement devenir ton pire ennemi.

Je m'explique...

Quand j'étais jeune, quand ma mère utilisait le « on verra », on savait très bien, mon frère, ma sœur et moi que c'était synonyme de « non ». Son « on verra », c'était mon « tantôt »!

Pas que lorsque j'emploie « tantôt » avec mes filles, je veux automatiquement dire « non », mais ça arrive trop fréquemment que quand j'utilise ce mot, le fameux « tantôt » ne vient pas toujours et trop souvent, jamais...

Les phrases et les mots du genre : « Plus tard », « demain », « en fin de semaine », « on verra » ou encore « tantôt » peuvent jouer sur la confiance que votre enfant aura en vous.

La facilité

Il est trop facile, à l'heure du souper, de dire à son enfant, qui souhaite de l'aide pour finir son casse-tête, qu'on va le faire après le souper. Mais le temps passe, les sujets changent, les idées s'éparpillent et finalement il est rendu 18h30 et là, ben, c'est l'heure du bain, des dents, des pipis, des lunchs, des histoires et en conclusion il est trop tard pour finir le casse-tête puisque c'est maintenant le temps de se coucher.

En soirée, sans vous en souvenir, vous rangez le salon et le casse-tête sera défait, remis dans sa boite et n'aura jamais été fini, comme votre petit vous l'avait demandé plus tôt en soirée. Pourtant, vous lui aviez promis que : « Tantôt, après le souper, on le finira ensemble ». Vous flashez, assis dans votre char en plein trafic le lendemain matin, que vous n'avez pas tenu votre promesse…

Je ne sais pas pour vous, mais moi quand ça m'arrive... Ben... Ça frappe fort et ça fait mal.

Depuis avoir remarqué que j’ai cette fâcheuse tendance, j’y fais beaucoup plus attention. Je ne dis plus jamais : « Je te promets » quand je ne suis pas certain à 100% que je puisse tenir ma promesse. J’ai fait comprendre la signification du mot « peut-être ». Quand je dis « peut-être », ça veut dire oui OU non. Ce n’est pas certain!

Je fais attention à tenir mes promesses et quand ça ne marche pas, je m’en excuse et j’explique pourquoi ce n’est pas arrivé. J’essaie surtout d’enlever le « tantôt » de mon vocabulaire.

La vérité

Sur le site Vos questions de parents, Nicole Prieur, psychologue, explique comment est perçue une promesse pour un enfant :

« Faire une promesse, c'est s'engager vis-à-vis d'un événement qui aura lieu dans le futur (…) il s'agit donc d'un projet qui prépare l'avenir (…) Cela donne à l'enfant le sentiment que penser au futur vaut la peine, il y puise de la confiance pour avancer et grandir. (Face à un parent qui TIENT ses promesses) l'enfant acquiert également un sentiment de permanence très rassurant. Et puis, en attendant que la promesse se réalise, il est dans l'excitation (…) tout cela travaille en lui, le nourrit et l'anime !

(…) Les parents ont tout à gagner à faire des promesses et les tenir. (…) Voilà qui leur donne du poids, leur octroie une certaine stature leur permettant ensuite de faire plus facilement autorité auprès de leur enfant. »

Nicole Prieur prévient aussi des effets négatifs des « petites promesses pour se débarrasser des enfants », comme le machiavélique « tantôt ».

Pour moi, une des choses les plus importantes, c'est que mes filles doivent et peuvent avoir confiance en moi. C'est pourquoi au dodo, je leur dis si je serai là pour le déjeuner demain matin ou si je serai déjà parti pour le travail. Je leur dis si je reviens pour le souper ou pas, je vais même jusqu'à les avertir les jours où je ne suis pas certain. Comme ça, si je ne reviens pas pour le souper, au moins elles le savent, car je les avais avertis. La confiance d'un enfant envers ses parents vaut de l'or. Si la confiance est là, le futur sera plus facile.

Je ne suis pas parfait, mais j'essaie de l'être maintenant au lieu de ne l'être que… tantôt!

Voilà!

JF

Père de Gosses

Père de Gosses est un magazine en ligne qui touche tout ce qui intéresse les papas ! Fondé à l’été 2014, PdG fait de plus en plus d’adeptes, particulièrement en France et au Québec! Jean-Félix « JF » Maynard (cofondateur de PdG) et Jonathan Laberge seront heureux de pouvoir discuter avec vous sur peredegosses.comFacebook et sur Twitter!  

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram