Papa

De vraies vacances!

Je ne voyage pas souvent. Ça n’a pas vraiment été le cas avant d’avoir une famille, ni maintenant que j’en ai une. Avant, par manque de budget; maintenant, par manque de temps.

Sauf… la semaine dernière. J’avais accumulé un nombre impressionnant de points sur ma carte fidélité « avion » me permettant de me procurer un vol pour moi et mon épouse, sans avoir à débourser, à Paris… ou dans le Sud, avec les enfants.

Plusieurs facteurs m’ont poussé à choisir le voyage en Europe. Je sais que certains parents me jugeront en disant que j’aurais dû profiter du temps libre avec mes enfants, mais laissez-moi vous parler de mon raisonnement.

1- L’avion

Prendre l’avion avec un enfant de 2 ans, qui aime beaucoup bouger, ce n’est pas l’idéal. C’est stressant pour les passagers, le personnel sur l’avion mais aussi pour les parents. On ne veut pas que nos enfants soient « fatiguants » pour les autres. C’est quand même des vols de plusieurs heures. J’ai pris l’avion quand j’avais 8 ans avec ma grand-mère. À la fin, elle voulait me tuer, le staff et les autres passagers aussi. J’avais eu un mal d’oreilles et j’ai pleuré tout le long. Je pars en vacances. Je ne veux pas de ce stress.

2- La routine

En vacances, avec l’année folle que j’ai eue, j’ai eu envie de décrocher. Je n’ai pas emmené mon téléphone, j’ai été déconnecté de la réalité pendant une semaine. La routine avec les enfants, c’est encore un stress... On n’échappe pas réellement à la vie de famille avec la routine!. En plus, il y a la question du sommeil… La routine du sommeil. Je n’en voulais pas ! Je voulais pouvoir me coucher et me lever quand j’en avais envie.

3- L’amour

Avec nos activités respectives, les activités des enfants, les devoirs, le travail et tout le reste, mon épouse et moi n’avons pas tout le temps que nous souhaitons ensemble. On en a, mais c’est rarement savourer sur une longue durée. Retrouver un peu notre connexion, notre feeling quand on est juste nous deux. À s’amuser. À s’aimer, tout simplement.

4- La sécurité

Mes enfants allaient rester chez leur grand-mère et leur routine ne sera pas chamboulée. Ils continueraient à aller à la garderie ou à l’école. Ça me permettait de revenir à la maison sans avoir à remettre la routine en place. En plus, je savais que mes enfants étaient entre bonnes mains.

5- Moi

Vous avez sûrement remarqué : cet article est écrit à la première personne du singulier. Je m’assume. J’ai peut-être été un peu égoïste. Partir sans les enfants. Je le dis, et j’ai un peu de culpabilité. Voici toutefois la réalité : ce fut mon plus beau voyage! J’avais besoin de temps pour moi. Pour moi et mon épouse aussi. Du temps pour me ressourcer, reprendre de l’énergie et revenir positif, positif pour mes enfants aussi. Leur parler de ce que j’ai vécu avec une petite lumière dans les yeux.

Je me suis ennuyé d’eux. Ce fut difficile. Mais je le referais n’importe quand! C’est un luxe d’avoir pu le faire, et je l’apprécie énormément.

Vous, partiriez-vous en vacances sans vos enfants?

Père de Gosses

Père de Gosses est un magazine en ligne qui touche tout ce qui intéresse les papas ! Fondé à l’été 2014, PdG fait de plus en plus d’adeptes, particulièrement en France et au Québec! Jean-Félix « JF » Maynard (cofondateur de PdG) et Jonathan Laberge seront heureux de pouvoir discuter avec vous sur peredegosses.comFacebook et sur Twitter!  

Infolettre




Cette semaine
Les pères prêts pour la conciliation travail-famille

Afin d'obtenir de meilleures mesures de conciliation travail-famille dans le cadre de leur travail, plus du tiers des pères québécois seraient prêts à gagner un revenu moindre et plus de la moitié seraient ouverts à changer de boulot.

Parents - la peur de ne pas en faire assez!

Bien s’occuper de ses enfants, c’est une chose. Avoir peur de ne pas en faire assez au point de s’en rendre malade, c’en est une autre! Faites-vous partie de ceux qu’on appelle les hyperparents?

Les pères et le TDAH – L’impact sur les enfants

Dans près de 50% des cas, les enfants qui reçoivent un diagnostic de trouble du déficit ont au moins un parent qui en souffre. Étonnamment, lorsque papa en souffre, les conséquences sont plus grandes chez l’enfant.

Une horloge biologique masculine

On parle souvent de l'horloge biologique pour expliquer que les femmes cherchent à procréer une fois atteint un certain âge. Qu'en est-il des hommes?

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram

Activités de la semaine

Les meilleures activités et sorties de février