Papa

Grossesse sympathique - est-ce un mythe?

Selon les spécialistes, la grossesse sympathique ne se limiterait pas aux changements physiologiques : les sautes d’humeur, les envies particulières et les douleurs au ventre seraient même présentes chez certains hommes pendant que leur conjointe est enceinte. Mais qu’est-ce qui se passe chez ces hommes qui n’ont pourtant pas de bébé dans leur ventre?

Plusieurs études confirment le syndrome de la couvade

Une étude menée par Pampers en 2011 et une autre menée par le St George’s hospital de Londres ont toutes deux démontré que cette grossesse sympathique, qu’on appelle aussi syndrome de la couvade, existe vraiment. En fait, non seulement il existe, mais ce syndrome affecterait 20 % des pères en France, jusqu’à 50 % des pères aux États-Unis et au Royaume-Uni et jusqu’à 68 % des pères chinois selon plusieurs autres recherches qui ont été menées un peu partout dans le monde.

Considéré comme étant psychosomatique, le syndrome de la couvade n’est pas causé par des changements dans l’alimentation du père, comme les spécialistes le soupçonnaient autrefois. En réalité, deux hypothèses expliquent les nausées, les émotions et autres symptômes de grossesse que vivent les hommes. La première est une forme de jalousie de l’homme qui ne peut pas vivre la magie de la grossesse et qui en somatiserait les symptômes pour compenser. La seconde est un engagement tellement intense de l’homme dans son futur rôle de père qu’il en démontrerait les mêmes signes qu’une femme enceinte.

Les symptômes de la couvade

Pour savoir si notre conjoint souffre de grossesse sympathique, il ne suffit pas de regarder son ventre. Même si les hommes qui sortent leur ventre pour se montrer solidaires nous font bien rire, ils ne souffrent pas pour autant de grossesse sympathique.

Les symptômes de la couvade sont plutôt les suivants :

  • Prise de poids
  • Nausées
  • Douleurs lombaires
  • Migraines
  • Envies particulières
  • Contractions à l’accouchement
  • Dépression post-partum

Même si les deux derniers symptômes sont plus rares, ils ne sont pas moins désagréables pour le nouveau père qui traverse une période haute en couleur. Il aura alors besoin de soutien, tout comme sa conjointe qui va ou qui vient d’accoucher.

La solution? Parler à son homme…

Même s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter des quelques kilos de plus et des malaises du futur père pendant la grossesse, on peut quand même voir cette grossesse sympathique comme l’expression de plusieurs besoins.

D’abord, il faut tenir compte du fait que les hommes sont souvent ignorés pendant toute la période de la grossesse et que cette période peut leur paraître très longue. Pendant que la femme enceinte est rassurée par son médecin et ses proches, le père, lui, vit souvent seul ses appréhensions.

La grossesse est également une période où chaque parent revit sa propre enfance, et si c’est facile pour certains, ce ne l’est pas nécessairement pour tous. Même chez les couples les plus unis, les secrets de l’enfance ne sont pas toujours partagés avant la grossesse et c’est une autre bonne raison pour laisser une place à son conjoint et l’encourager à parler de ce qu’il ressent. La peur de faire vivre à leur enfant ce qu’ils ont vécu étant petit, la peur de l’intimidation, de manquer de quelque chose ou de ne pas être à la hauteur hante souvent les futurs papas, et si la grossesse sympathique paraît physique, elle est souvent le reflet de leurs malaises psychologiques.

C’est peut-être aussi sa façon à lui de vous démontrer du soutien, et comme tous ces symptômes disparaîtront à l’accouchement, ce n’est pas trop grave. L’essentiel est de se parler et de vivre la grossesse ensemble, en partageant l’information et en se rassurant l’un et l’autre. Parce qu’au-delà de ce ventre qui grandit et de nos interrogations, il y a ce papa qui se demande aussi où le mènera cette belle aventure.

Infolettre




Cette semaine
Les pères prêts pour la conciliation travail-famille

Afin d'obtenir de meilleures mesures de conciliation travail-famille dans le cadre de leur travail, plus du tiers des pères québécois seraient prêts à gagner un revenu moindre et plus de la moitié seraient ouverts à changer de boulot.

Parents - la peur de ne pas en faire assez!

Bien s’occuper de ses enfants, c’est une chose. Avoir peur de ne pas en faire assez au point de s’en rendre malade, c’en est une autre! Faites-vous partie de ceux qu’on appelle les hyperparents?

Les pères et le TDAH – L’impact sur les enfants

Dans près de 50% des cas, les enfants qui reçoivent un diagnostic de trouble du déficit ont au moins un parent qui en souffre. Étonnamment, lorsque papa en souffre, les conséquences sont plus grandes chez l’enfant.

Une horloge biologique masculine

On parle souvent de l'horloge biologique pour expliquer que les femmes cherchent à procréer une fois atteint un certain âge. Qu'en est-il des hommes?

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram

Activités de la semaine

Les meilleures activités et sorties de février