Papa

Démystifier le torticolis de bébé

Dès sa naissance, bébé peut développer un torticolis, rendant difficiles et même douloureux les mouvements de sa tête. Voici quoi observer pour savoir si vous devez intervenir.

Le torticolis, qu’est-ce que c’est?

Le torticolis est une problématique qui se caractérise par un raccourcissement de certains groupes de muscles au niveau du cou, du côté droit ou du côté gauche. Ce raccourcissement fait en sorte que la tête de l’enfant est souvent tournée du même côté et inclinée de l’autre. Par exemple, si votre bébé a toujours la tête tournée vers la droite et qu’elle semble inclinée vers la gauche, il est fort possible qu’il y ait raccourcissement d’un groupe de muscles du côté gauche de son cou, ou vice versa.

Quand peut-on l’observer?

Le torticolis peut être présent dès la naissance ou se développer au cours des premiers mois de vie de l’enfant. Il peut avoir des répercussions sur le développement moteur de l’enfant pendant plusieurs années s’il n’est pas traité à temps.

Que doit-on observer?

Dans les premiers mois de vie d’un enfant, il est important d’observer sa posture, c’est-à-dire observer comment est placée sa tête quand il dort et aussi quand il est réveillé. Lors du dodo, il importe de surveiller si l’enfant dort toujours la tête tournée du même côté. Si oui, observez l’enfant pendant qu’il est éveillé : regarde-t-il toujours du même côté? Est-ce qu’il est capable de suivre un objet des yeux de gauche à droite? Amène-t-il ses deux mains à la bouche et utilise-t-il ses deux mains pour attraper les objets? Si une asymétrie est notée, il est important de rapidement appliquer les conseils généraux mentionnés plus bas et de consulter un physiothérapeute spécialisé en pédiatrie au besoin.

Quoi faire?
  • Lorsque l’enfant est couché sur le dos, favorisez la rotation de la tête et du corps du côté le plus difficile pour lui. Assurez-vous que toutes les stimulations visuelles et sonores proviennent de ce côté.
  •  Placez régulièrement votre enfant couché sur le côté (autant sur son côté gauche que sur son côté droit) en plaçant une petite serviette sous la tête pour maintenir un bon alignement.
  • Transportez votre enfant debout, dos contre vous ou le visage contre vous, en vous assurant que la tête est en ligne avec le tronc de l’enfant ou encore tournée du côté opposé à sa préférence, tenir sa tête au besoin.
  • Lorsque l’enfant est assis dans son siège d’auto, assurez-vous que sa tête reste en ligne avec le tronc. Vous pouvez ajouter des rouleaux de serviettes de chaque côté de la tête au besoin.
Petit truc à savoir…

Que votre enfant soit dans le siège d’auto, dans tout autre siège ou couché sur le dos, s’il présente un aplatissement d’un côté du crâne et que vous utilisez un rouleau de serviette pour corriger sa posture, placez le rouleau de serviette au niveau de son tronc plutôt qu’au niveau de sa tête pour éviter d’ajouter une pression sur la partie plate de la tête.

Pour avoir plus de conseils et exercices, consultez un physiothérapeute spécialisé en pédiatrie!

Et si ça ne fonctionne pas?

Si vous appliquez les conseils généraux mentionnés ci-dessus pendant deux à trois semaines consécutives et que vous ne voyez pas d’amélioration dans l’attitude posturale de votre enfant, il est important de consulter rapidement un physiothérapeute spécialisé en pédiatrie. Plus un torticolis est traité rapidement, moins l’impact sur le développement moteur de l’enfant sera important.

Par Catherine Maranda, physiothérapeute

Enoya
Clinique pédiatrique

Enoya est une clinique pédiatrique privée qui offre des services professionnels de qualité en ergothérapie, physiothérapie, psychologie, neuropsychologie, nutrition, orthophonie, psychoéducation, travail social et éducation spécialisée. Les services s’adressent aux enfants âgés de 0 à 18 ans et à leurs parents résidant principalement dans les régions de Québec, Portneuf et Chaudière-Appalaches. Les professionnels œuvrant à la clinique Enoya ont à cœur d’offrir des services qui s’appuient sur le travail d’équipe en collaboration avec les différentes personnes qui interviennent auprès de l’enfant (ses parents, le personnel du milieu de garde ou de l’école, le médecin, les autres professionnels consultés, etc.). L’équipe étant formée de plusieurs cliniciens, ils ont la possibilité de travailler en multidisciplinarité et de conjuguer leurs expertises dans un but commun : aider l’enfant.

Infolettre




Cette semaine
Les pères prêts pour la conciliation travail-famille

Afin d'obtenir de meilleures mesures de conciliation travail-famille dans le cadre de leur travail, plus du tiers des pères québécois seraient prêts à gagner un revenu moindre et plus de la moitié seraient ouverts à changer de boulot.

Parents - la peur de ne pas en faire assez!

Bien s’occuper de ses enfants, c’est une chose. Avoir peur de ne pas en faire assez au point de s’en rendre malade, c’en est une autre! Faites-vous partie de ceux qu’on appelle les hyperparents?

Les pères et le TDAH – L’impact sur les enfants

Dans près de 50% des cas, les enfants qui reçoivent un diagnostic de trouble du déficit ont au moins un parent qui en souffre. Étonnamment, lorsque papa en souffre, les conséquences sont plus grandes chez l’enfant.

Une horloge biologique masculine

On parle souvent de l'horloge biologique pour expliquer que les femmes cherchent à procréer une fois atteint un certain âge. Qu'en est-il des hommes?

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram

Activités de la semaine

Les meilleures activités et sorties de février