Papa

Les noms de famille

La question des noms de famille est réglée légalement depuis 1981 au Québec, mais qu’en est-il aujourd’hui? Qui de vous deux lèguera son nom de famille à ses enfants?

Quand un enfant nait, ses parents le regardent longtemps afin de s’assurer que le prénom qu’ils ont choisi est le bon et qu’il rendra justice à son mignon petit visage. Si la question du nom de famille n’est pas aussi populaire que celle du prénom, elle représente quand même un sujet important puisque le nom de famille permet en quelque sorte de transmettre l’héritage familial. Ce nom augmente également le sentiment d’appartenance aux deux familles, surtout en cas de rupture et peut permettre de conserver un nom de famille rare qui aurait disparu s’il avait été transmis seulement par le père comme le voulait la tradition jusqu’en 1981.

Alors, comment se porte le nom de famille au Québec? Après les Guillaume Lemay-Thivierge et Léo Bureau-Blouin, est-ce que les noms composés sont encore populaires? Quel est le nom de famille le plus populaire au Québec?

Un peu d’histoire

Jusqu’en 1981, tous les enfants portaient le nom de famille de leur père, par coutume, puisque la loi ne mentionnait rien à se sujet. C’est avec la refonte du Code civil que la possibilité de donner le nom de la mère en plus de celui du père a été mentionnée et c’est à ce moment que les noms à trait d’union - dits « à penture » - gagnèrent en popularité. En 1992, 22 % des nouveau-nés portaient les noms de leurs deux parents en un seul patronyme lié par un trait d’union.

Comme plusieurs changements qui subissent un recul avant de devenir naturels, cette tendance a diminué jusqu’à atteindre 12 % en 2005, alors qu’une grande majorité de parents avaient recommencé à utiliser le nom du père, certains incluant le nom de famille de la mère comme deuxième prénom de leur enfant.

Aujourd’hui

Maintenant, on retrouve un peu de tout au Québec. Des enfants portent parfois le nom des deux parents, parfois celui du père, parfois celui de la mère, mais ce qui a disparu, c’est le trait d’union. En effet, ce fameux trait d‘union qui rendait impossible pour un enfant de n’utiliser qu’un des deux noms de famille de ses parents est maintenant passé de mode. Il n’est d’ailleurs pas très populaire chez les parents nés dans les années 80 qui eux, ont eu à porter ces longs noms sans pouvoir n’en utiliser qu’une partie.

Êtes-vous issu d’une famille nombreuse? Certains patronymes sont plus répandus que d’autres au Québec. Voici les 10 principaux noms de famille utilisés ici :

  1. Tremblay
  2. Gagnon
  3. Roy
  4. Côté
  5. Bouchard
  6. Gauthier
  7. Morin
  8. Lavoie
  9. Fortin
  10. Gagné

Source : Institut de la statistique, Québec

La loi

Selon le Code civil, l’enfant de deux parents ayant des noms composés pourra porter l’un des quatorze choix que la décomposition que ses noms offre. Ainsi, le fils de Léa Dujardin-Côté et de Martin Tremblay-Lachance pourra s’appeler Dylan Tremblay, Dylan Dujardin-Côté, Dylan Dujardin-Lachance, et ainsi de suite, mais ne portera au maximum que deux noms de famille.

De plus, l'article 54 du Code civil du Québec autorise le Directeur de l'état civil du Québec à inviter les parents à modifier un nom de famille composé ou des prénoms inusités qui prêtent au ridicule ou qui sont susceptibles de déconsidérer l'enfant. Si les parents refusent la suggestion du Directeur de l’état civil, celui-ci pourra s’adresser au tribunal afin d’attribuer un nom à l’enfant. Il appartient donc au Directeur de l’état civil de décider si les petits Leboeuf-Haché et les Labelle-Binette pourront porter ces noms.

Consultez nos articles sur les prénoms, vous y trouverez des idées, des conseils et de l'inspiration!

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman

Infolettre




Cette semaine
Les pères prêts pour la conciliation travail-famille

Afin d'obtenir de meilleures mesures de conciliation travail-famille dans le cadre de leur travail, plus du tiers des pères québécois seraient prêts à gagner un revenu moindre et plus de la moitié seraient ouverts à changer de boulot.

Parents - la peur de ne pas en faire assez!

Bien s’occuper de ses enfants, c’est une chose. Avoir peur de ne pas en faire assez au point de s’en rendre malade, c’en est une autre! Faites-vous partie de ceux qu’on appelle les hyperparents?

Les pères et le TDAH – L’impact sur les enfants

Dans près de 50% des cas, les enfants qui reçoivent un diagnostic de trouble du déficit ont au moins un parent qui en souffre. Étonnamment, lorsque papa en souffre, les conséquences sont plus grandes chez l’enfant.

Une horloge biologique masculine

On parle souvent de l'horloge biologique pour expliquer que les femmes cherchent à procréer une fois atteint un certain âge. Qu'en est-il des hommes?

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram

Activités de la semaine

Les meilleures activités et sorties de février