Papa

Difficultés d'adaptation et d'apprentissage : rôle des parents

Fournir un soutien

Les parents fournissent un véritable soutien à leur enfant lorsqu'ils s'occupent de ce qui dépasse ses capacités. De plus, ils remplissent leur rôle de protection en l'encourageant plutôt qu'en le blâmant et en étant des personnes sur qui il peut compter. Mais il faut faire attention de ne pas compenser les difficultés auxquelles l'enfant fait face par un engagement trop envahissant. Ceci représente tout un art, en particulier lorsqu'il s'agit d'un enfant présentant des troubles d'apprentissage.

En grandissant, les enfants ont moins besoin de notre présence et de notre réconfort, car ils savent que nous sommes là pour les écouter sans les juger.

Fournir un soutien à l'enfant, c'est lui démontrer de l'empathie. C'est reconnaître, par exemple, qu'une tâche qui s'accomplit généralement sans difficulté peut être très difficile pour un enfant qui a un trouble d'apprentissage. Se sentant soutenu et vivant dans un environnement rassurant, l'enfant apprend à avoir confiance en lui.

Pour soutenir un enfant, il faut être sensible à ses besoins et savoir y répondre, qu'il s'agisse de besoins d'aide, d'approbation, d'autonomie ou de solitude.

Tenir compte des frères et soeurs

Les frères et soeurs de l'enfant qui présente un trouble d'apprentissage ont aussi besoin de se sentir aimés. Ils croient parfois que l'enfant qui a des besoins particuliers a le droit de mal se comporter ou d'accomplir un travail médiocre alors que cela leur est interdit.

De plus, certains ont honte de celui ou de celle qui a un handicap.

D'autres s'imaginent qu'ils sont la cause du problème, alors que certains ont peur que leurs propres enfants aient des troubles semblables plus tard. Enfin, il y en a qui sont déçus de constater que le frère ou la soeur qui a un trouble d'apprentissage ne peut participer à certaines activités auxquelles ils s'adonnent eux-mêmes.

Les parents ne doivent pas s'attendre à ce que les frères et les soeurs se sentent responsables de l'enfant qui a des difficultés. Pourquoi, par exemple, ce dernier ferait-il automatiquement partie du groupe d'amis de ses frères et soeurs ? Ceux-ci ont le droit de se comporter comme des enfants, d'avoir leur propre vie sociale et d'exprimer de la culpabilité, de la frustration, des déceptions et de la colère, comme le font les parents à l'occasion.

Aider l'enfant dans ses devoirs

Les enfants qui présentent un trouble d'apprentissage doivent souvent travailler très fort à l'école pour obtenir la note de passage. Faut-il en plus de leur demander de faire des devoirs à la maison? Seule une discussion entre les parents et l'enseignant peut apporter une réponse à cette question. Si la réponse est positive, si ces devoirs sont nécessaires pour que l'enfant progresse dans ses apprentissages, il convient d'établir à la maison une routine simple et des consignes fermes pour bien gérer cette activité, et de rester constamment en contact avec l'enseignant.

Dans un premier temps, jusqu'à ce que la routine soit établie, l'enfant devrait sentir constamment la présence de ses parents. Par la suite, il faut mettre en place des moyens pour développer peu à peu son autonomie et en arriver à ce qu'il fasse ses devoirs à sa propre table de travail, que ce soit dans sa chambre ou dans un coin qui lui est réservé. Il importe également que les parents ne se donnent pas pour tâche de terminer les devoirs à sa place. Leur rôle consiste à encourager l'enfant, à l'aider dans des questions précises et à développer des moyens pour qu'il communique lui-même directement avec l'enseignant. Somme toute, les parents agissent comme des conseillers éclairés auprès de leur enfant.

De nos jours, les parents n'ont pas assez de temps à consacrer à leurs enfants. Ils doivent donc établir continuellement des priorités.

L'une de ces priorités devrait consister en un travail sur soi-même; cela éviterait de toujours chercher des solutions à l'extérieur et redonnerait aux parents leur compétence.

C'est tout un métier que d'être parent! Ce n'est pas une tâche facile; elle l'est encore moins lorsqu'un enfant est différent des autres. En plus du travail sur soi, il ne faut pas hésiter à se joindre à un groupe d'entraide, à partager ses craintes et ses succès avec d'autres parents afin de mieux comprendre et intervenir.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram