Papa

Difficultés d'adaptation et d'apprentissage : rôle des parents

En les faisant participer aux prises de décision, les parents apprennent à ces enfants à s'organiser eux-mêmes. Ils ne sont jamais trop jeunes pour faire cet apprentissage et pour décider, par exemple, de ce qu'il faut faire en priorité pour ranger leur chambre. Ils peuvent même dresser une liste des tâches à accomplir et mettre un crochet à côté de celles qui sont réalisées.

Le but de cette activité est de les encourager à ranger leurs choses dans des endroits réservés à cette fin pour qu'ils puissent les trouver facilement.

L'utilisation d'une liste n'exclut pas la supervision des parents, mais elle rappelle à l'enfant ce qu'il doit faire et évite aux parents d'avoir à répéter sans cesse les mêmes consignes.

Les enfants qui ont des troubles d'apprentissage réussissent mieux quand les parents partagent les mêmes attentes en matière de comportements acceptables et décident à l'avance des conséquences qui découlent de comportements inacceptables. Comme il est fréquent que des divergences entre les parents surgissent sur ces questions, il est préférable qu'ils en discutent en privé et qu'ils s'entendent au préalable sur un plan d'action conjoint.

Tous les enfants doivent apprendre à négocier pour obtenir quelque chose plutôt que d'utiliser les crises, les entêtements ou le refus de participer. Dans la vie familiale, il y a des tâches qui sont négociables et d'autres qui ne le sont pas. Même de jeunes enfants peuvent comprendre que les questions de santé et de sécurité ne peuvent pas faire l'objet de négociations. En revanche, ils doivent être invités à participer aux décisions qui portent sur certaines questions, comme celle de prendre un bain avant ou après le souper ou d'organiser un pique-nique familial plutôt qu'un repas au restaurant.

Les réunions de famille hebdomadaires sont idéales pour permettre à chacun de parler des événements de la semaine, de faire part de préoccupations et de sentiments, et de participer à la recherche de solutions. Dans le cas d'un enfant qui présente un trouble d'apprentissage, elles sont essentielles, car elles permettent de discuter des façons de vivre certaines situations, de retenir les solutions qui ont bien fonctionné et d'éliminer les autres. Tous les membres de la famille peuvent faire part de l'aide dont ils ont besoin, que ce soit pour attacher leurs souliers, essuyer la vaisselle ou éviter de se mettre en colère. Ensemble, ils peuvent choisir la personne qui pourra apporter de l'aide et la fréquence de ce soutien.

Les enfants qui négocient pour obtenir quelque chose prennent conscience plus aisément du rôle qu'ils jouent dans l'atteinte d'un résultat.

Quant aux parents, ils doivent s'occuper des problèmes un à un et établir un ordre de priorité; ainsi, ils veillent à ce qu'on s'occupe d'abord des problèmes reliés à la santé, à la sécurité ou aux relations interpersonnelles. Lorsqu'un problème est résolu, on se concentre ensuite sur le suivant. De cette façon, les parents enseignent aux enfants à établir des priorités et à prendre des décisions.

Savoir tirer profit des erreurs

Tout être humain commet des erreurs. Au lieu de considérer ces erreurs comme des échecs ou des catastrophes, on peut les voir comme des occasions uniques d'apprendre quelque chose. Dans les cas des enfants qui ont un trouble d'apprentissage, cette attitude parentale est absolument nécessaire. En effet, parce qu'ils ont déjà une faible estime d'eux-mêmes, il ne faut pas craindre d'accompagner d'encouragements répétés toute critique à leur égard.

Plutôt que de comparer un enfant à d'autres enfants du même âge que lui, les parents doivent évaluer ses progrès en comparaison avec ses réalisations antérieures. L'objectif est de le faire avancer, de le faire évoluer, une étape à la fois, de son état de développement actuel vers un niveau supérieur d'apprentissage.

Les parents qui reconnaissent leurs propres imperfections sont davantage portés à accepter celles de leur enfant. En adoptant cette perspective, ils évitent aussi de se blâmer eux-mêmes pour les faiblesses ou les handicaps de leur enfant. Ils comprennent que ce dernier est aussi influencé par d'autres et que son comportement est le produit de nombreux facteurs (environnement, tempérament, personnalité, capacités, etc.).

Dans tous les cas et plus particulièrement lorsqu'il s'agit d'un enfant ayant un trouble d'apprentissage, accorder la première place à la réussite constitue une erreur. On doit plutôt aider son enfant à fonctionner plus efficacement et mettre en oeuvre les moyens pour qu'il y arrive.

Adopter une bonne attitude

Au lieu de se décourager ou d'exprimer leur frustration en constatant que leur enfant présente un trouble d'apprentissage, les parents doivent apprendre à accepter la situation et à prendre en main le problème, mais sans s'arrêter de vivre pour autant.

Il est important qu'ils continuent à s'occuper des autres enfants de la famille, à voir leurs amis et à consacrer temps et énergie à leurs centres d'intérêt.

Sur un autre plan, il faut savoir que les enfants ne connaissent pas vraiment l'importance à accorder aux divers événements qui surviennent dans la vie quotidienne et qu'ils s'en remettent à leurs parents pour en faire l'interprétation. Si ceux-ci mettent l'accent sur les problèmes, les erreurs et les échecs, les enfants adopteront la même attitude.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram