Papa

Le sommeil de bébé

Chaque bébé a ses habitudes et chaque parent a ses trucs. Certains bébés sommeillent dans le lit des parents tandis que d’autres dorment dans leur propre chambre.

Certains sont bordés jusqu’à ce qu’ils tombent dans les bras de Morphée tandis que d’autres s’endorment dès qu’ils posent la tête sur l’oreiller. Certains font des nuits complètes et d’autres sont éveillés bien avant que le soleil ne soit levé. Tandis que certaines mamans chantonnent et que certains papas fredonnent, d’autres bercent l’enfant, lui donnent un bain de détente, le collent à sa doudou ou lui racontent une petite histoire.

Chacun a son petit truc lorsque le sommeil tarde à venir. Et chaque bébé a ses petites habitudes et ses caprices. Quoi qu’il en soit, le sommeil est essentiel à l’équilibre et à la croissance de nos petits amours. 

Le sommeil, un besoin vital

Chaque enfant a besoin d’une certaine qualité et d’une certaine quantité de sommeil. Dormir est aussi vital que de bien respirer ou de bien s’alimenter. Le sommeil doit être suffisant pour contribuer tant à son développement physique qu’intellectuel. Un sommeil perturbé indispose l’enfant puisque le fait de dormir lui permet de sécréter normalement des hormones de croissance indispensables au développement de sa mémoire, de son développement staturo-pondéral ( l’évolution du poids et de la taille en fonction de l’âge. La première année de vie correspond à cette phase de développement la plus rapide), ainsi qu’à l’organisation de sa cognition. Il en va de son bien-être et de son épanouissement… et de votre survie en tant que famille! Un mauvais sommeil peut être réglé en éliminant ou en soulageant certaines possibilités de perturbations : toux, rhume, soif, faim, percée des dents, fièvres… ou couches à changer!

Trouver plaisir à s’endormir

Pour apprendre à votre enfant à trouver plaisir à aller faire dodo, il est nécessaire d’éviter tout ce qui pourrait nuire à son sommeil: boissons sucrées, moments d'excitation, activités trop stimulantes... Votre enfant est somnolent, irritable, agité ou encore sans entrain, nerveux? Il a les larmes faciles, le teint pâle et les yeux cernés? Ces problèmes peuvent signifier qu’il souffre d’un trouble du sommeil.

Un piège à éviter

Lorsqu’un enfant n’est pas habitué à s’endormir ou à se rendormir seul, il est normal qu’il réclame l’aide de ses parents à chaque réveil nocturne. Il est donc important de bien doser notre comportement en tant que parent. Nous nous devons d’imposer des limites claires à notre enfant ou d’évaluer et de modifier notre attitude et nos comportements vis-à-vis le sommeil de notre enfant. De plus, il n’est jamais trop tard pour tenter de développer une autonomie chez notre enfant pour le laisser trouver seul son sommeil. Cet apprentissage est progressif et demande des efforts. L’important est de rester à l’écoute, de l’observer et de l’aider. Avec une attitude cohérente, en répondant doucement et fermement sans interventions trop précipitées, et en respectant un rituel du coucher rassurant, le dodo devrait devenir un jeu d’enfant!

Une routine du coucher

Une chose est certaine, plus vous adopterez tôt une routine du coucher, mieux ce sera pour vous et votre petit. Un enfant, même bébé, apprécie l’uniformité et le caractère prévisible de la routine du coucher. En terminant la routine dans sa chambre à coucher et en dissociant le lit de toute autre activité non liée au sommeil ou au repos, l’enfant prendra du plaisir à bien dormir. Son lit deviendra un endroit où il fera bon être. N’attendez pas d’en arriver au point où vous aurez besoin de recours aux menaces, aux promenades en voiture ou à d’autres subterfuges pour endormir votre enfant!

Il est important de ne pas perdre de vue que tous les enfants sont différents et que leurs besoins leur sont propres et changent en fonction de leur âge et de leur niveau de développement. Rappelons-nous principalement que les habitudes de sommeil de nos petits ont des conséquences sur leur comportement, sur leur développement ainsi que sur leur santé. Rien n’est plus fatigant qu’un enfant qui manque de sommeil!

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram