Papa

Événements stressants - Comment aider les adolescents

Les adolescents se comportent souvent comme s’ils étaient invulnérables. Ils peuvent faire semblant de ne pas être touchés ou concernés afin de montrer qu’ils sont « cools » et au-dessus des problèmes.

Deuil et perte

Le deuil s’accompagne de choc, de déni, de colère, d’apathie, de tristesse et de confusion. Le deuil est la réaction normale à toute perte très importante, comme celles associées à la mort ou à une catastrophe. Les adolescents doivent savoir que le deuil n’est pas permanent et que des gens réussissent à traverser dignement ce processus. Les événements peuvent nous changer, mais nous apprenons que nous avons une grande force morale, que nous pouvons y faire face et qu’au bout du compte nous nous en remettons.

  • Parlez à vos jeunes du deuil et du sentiment de perte. Cela les aidera à comprendre et à accepter leurs propres pensées et sentiments, que le deuil a une fin et qu’ils s’en sortiront.
  • Expliquez-leur qu’il faut du temps pour se remettre d’une perte.
  • Encouragez-les à être patients envers eux-mêmes et les autres.
Rassurer de manière franche

Rassurez-les en parlant des mesures concrètes prises pour corriger la situation plutôt que d’exprimer des Canada pieux. Ne dites pas à vos jeunes que la situation prendra fin bientôt ou qu’une telle tragédie ne pourrait jamais arriver au Canada. Bien qu’il soit peu probable qu’ils vivent une catastrophe particulière ou des actes de terrorisme, personne ne peut garantir qu’ils ne se produiront pas. Admettez que vous n’avez pas réponse à tout. Cependant, n’hésitez pas à dire aux adolescents, aussi souvent que possible, que beaucoup de gens travaillent à assurer la sécurité de chacun et que les risques pour eux sont minimes.

Écouter avec les 2 oreilles

Écoutez ce qu’ils ont à dire à propos des événements et ce qu’ils en perçoivent. Écoutez-les patiemment. Expliquez-leur les faits, du mieux que vous pouvez, et aidez-les à faire la différence entre les opinions et les faits. Essayez de ne pas leur faire la morale ni de les interrompre.

Humour

En particulier avec les jeunes de leur âge, les adolescents peuvent avoir tendance à plaisanter à propos des tragédies pour, inconsciemment, se détacher de leurs craintes et du choc émotif que cause une catastrophe. Il s’agit d’une réaction normale. Découragez les plaisanteries de mauvais goût sans pour autant couper la communication. Le problème sera atténué si les adolescents ont l’occasion de discuter avec vous de leurs opinions et de leurs sentiments dans un climat de respect.

Colère et vengeance

En réponse à des actes de terrorisme ou de guerre, certains adolescents pourraient ressentir de la colère et un désir de vengeance. Ces émotions prennent souvent naissance lorsqu’on se sent menacé, impuissant ou vulnérable. Les jeunes pourraient comprendre de leurs camarades et des médias qu’ils sont « censés » être en colère et souhaiter la vengeance, et que cette attitude suscitera l’approbation et l’acceptation. Faites dévier la conversation sur les sentiments profonds; n’hésitez pas à leur dire comment vous vous sentez et discutez avec eux d’options à caractère positif qui pourraient remplacer la vengeance.

Il vous faudra peut-être faire cesser un comportement agressif. Si ce comportement est grave ou qu’il persiste, vous devrez peut-être avoir recours à de l’aide professionnelle.

Affection

Soyez patients envers les adolescents et envers vous-mêmes. Donnez à votre famille le temps de faire face à la situation. Trouvez des façons simples de prouver tous les jours aux adolescents que vous les aimez : soyez affectueux, félicitez-les et ayez du plaisir ensemble.

Réconforter les amis

Si les adolescents ont des amis qui ont été touchés directement par la tragédie, aidez-les à trouver des façons de les réconforter. Ils auront peut-être besoin d’aide pour trouver des façons d’apporter leur réconfort et leur appui. Peut-être voudront-ils éviter de parler à ces amis par crainte de leur causer plus de douleur. Par contre, ils pourraient s’identifier de trop près à la douleur de leurs amis et passer trop de temps avec eux. Il est essentiel de conserver un juste milieu et de maintenir la routine normale.

Reportages à la télé

Peut-être souhaiteriez-vous limiter l’accès des jeunes aux reportages télévisés d’événements stressants. Il ne faut pas protéger les adolescents des faits concernant les catastrophes. Toutefois, s’ils regardent trop de reportages sur ces événements, ils pourraient être submergés par les émotions et l’anxiété. Regardez ensemble les reportages à la télé et parlez de ce que vous voyez, entendez et ressentez.

Terrorisme et guerre

En général, les adolescents, comme la plupart des adultes, comprennent mal les situations complexes qui mènent aux attentats terroristes et aux conflits armés. Si vous discutez avec les adolescents de la conjoncture mondiale en examinant différentes façons de la comprendre, il leur sera plus facile de voir les événements dans leur contexte. Cela pourrait les aider à se sentir moins bouleversés et vulnérables; ils seraient alors moins portés à manifester des réactions simplistes, comme le racisme et la recherche de boucs émissaires.

Maintenir la routine familiale

Maintenez vos habitudes, en particulier en ce qui concerne l’heure du coucher, les repas et les activités parascolaires (p. ex. les sports, la pratique religieuse, la musique ou la danse) – mais sans faire semblant que rien n’est arrivé. Prenez le temps de parler simplement en famille de la situation et des façons positives dont vous pouvez y réagir. En maintenant les pratiques routinières, on voit à ce que les besoins fondamentaux soient comblés.

Prise de décisions

Si les adolescents sont très bouleversés par les événements, ce n’est peut-être pas le bon moment pour eux de prendre des décisions importantes. Encouragez-les à prendre le temps de réfléchir.

Comportement et réactions appropriés chez les adultes

Dites aux adolescents ce que vous pensez et ressentez à propos des événements afin qu’ils puissent mieux les comprendre. Ils acquerront la confiance nécessaire pour faire face à leurs propres émotions si vous leur montrez que les vôtres sont sincères et que vous les vivez sainement. Parlez de la façon dont ils réagissent à leurs amis. Cela pourrait les aider.

Adolescents en situation de vulnérabilité

Les événements stressants et un climat persistant d’incertitude et d’inquiétude peuvent avoir des conséquences plus grandes chez les adolescents en situation de vulnérabilité, par exemple, ceux qui sont victimes d’intimidation de la part d’autres jeunes, qui vivent une rupture familiale difficile, une situation de deuil, de violence familiale ou d’abus sexuels, ou une expérience traumatisante de réfugié, qui souffrent de dépression clinique, de troubles anxieux ou d’autres maladies mentales, ou qui ont des antécédents de toxicomanie ou d’abus d’alcool, d’automutilation ou de tentatives de suicide. Certains adolescents peuvent alors connaître une aggravation de leurs problèmes de santé mentale ou de leurs comportements, pouvant aller jusqu’à la tentative de suicide.

Téléchargez le document PDF Faire face aux événements stressants publié par l’Agence de santé du Canada dont sont tirés les conseils du présent article.
Santé Canada

Santé Canada est le ministère fédéral responsable d'aider les Canadiens à maintenir et à améliorer leur santé en faisant la promotion de la santé et en prônant la prévention. On retrouve beaucoup d'information de toutes sortes sur le site de Santé Canada.  

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram