Consommation

Choisir un cadeau de Noël non violent

Le rêve de tout parent est, bien sûr, de trouver enfin LE jouet. Celui qui fera briller de joie les yeux de l’enfant lorsqu’il ouvrira son cadeau et avec lequel il pourra jouer pendant des heures...

Or, chaque année, à l’approche de Noël, apparaissent sur le marché une série de jouets violents qui n’attendent que d’être offerts aux enfants… Le marathon des cadeaux représente, pour la plupart des parents, une épreuve redoutable. Le territoire de jeu d’un enfant est si vaste et diversifié que le parent n’arrive plus à s’y retrouver.

Nous savons tous que :
  • les enfants apprennent par imitation;
  • qu’ils sont constamment sollicités par la publicité qui leur montre une multitude de jouets souvent plus violents les uns que les autres! Les fabricants de jouets de guerre l’ont compris depuis longtemps;
  • la tradition d’offrir une surprise s’est peu à peu modifiée au fil des ans;
  • les enfants sont interrogés sur ce qu’ils demanderont au Père Noël ou à leurs parents;
  • l’abondance de cadeaux ne rend pas nécessairement un enfant plus heureux à Noël;
  • les parents doivent décider si le jouet réclamé est un bon achat pour l’enfant

Charlotte, qui a 7 ans, regarde le feuillet publicitaire d’un grand magasin. Une image fait la promotion d’un jouet représentant les personnages d’un récent film d’action. La fillette imagine déjà des scénarios. C’est l’un des cadeaux qu’elle demandera à ses parents pour Noël.

Pascal adore les jeux vidéo de guerre. Une dernière version qui consiste à détruire l’ennemi vient tout juste de paraître. Il la veut à tout prix pour Noël…

Être à l’écoute de son enfant et résister à la publicité

Les magasins regorgent de jouets en tous genres, faits pour amuser, pour éveiller, pour imiter… Chaque année, les jouets sont plus variés, plus beaux et plus chers. Plusieurs sont aussi des dérivés d’émissions de télévision ou de films à haute teneur en violence. Devant tant d’abondance, le parent se sent vite perdu comme dans une jungle. Où trouver des points de repère? Parmi les jouets offerts, se glissent le meilleur et le pire. Comment les distinguer? Vigilance, patience et réflexion sont indispensables pour faire un bon choix. Même si l’enfant réclame le nouveau jeu à la mode que la publicité lui suggère, le parent ne doit pas se sentir obligé de l’acheter s’il va à l’encontre de ses valeurs. Un enfant peut développer plus d’un intérêt à la fois. Les parents pourraient découvrir, par exemple, que leur enfant s’intéresse à la nature et décider d’offrir des accessoires pour l'aider à commencer une collection d’insectes.

La violence physique fait déjà partie du quotidien de nos enfants. À preuve, selon une équipe de chercheurs de l’Université Laval en 2000, l’ensemble des réseaux généralistes au Canada (SRC, TVA, TQS, CBC, CTV, GLOBAL) diffusait :

  • en moyenne, 31,5 actes de violence par heure;
  • 62,1 % des actes de violence dans des émissions avant 20 heures, et 74 % dans des émissions avant 21 heures;
  • 58,8 % des actes de violence physique et 26,8 % des actes de violence psychologique dans les films.
Faut-il en rajouter?

Lorsqu’on offre un fusil en cadeau à un enfant, il faut s’attendre à ce qu’il l’utilise pour jouer à la guerre. Il ne deviendra pas nécessairement violent pour autant. En revanche, l’accumulation et la répétition des gestes violents posent des problèmes : l’enfant finira par banaliser toute cette violence.

Facteurs à considérer avant de choisir un cadeau pour son enfant :

  • Le jouet est un outil indispensable qui contribue au développement de l’enfant et à l’éveil de sa personnalité : il lui apporte un moyen de s’exprimer et de s’épanouir.
  • Le jeu aide l’enfant à grandir tout en lui apprenant à maîtriser le monde qui l’entoure. Mais avant tout, le jouet doit aider l’enfant à jouer « pour le plaisir ».
  • Rappelez-vous que les enfants n’ont pas les mêmes goûts que les adultes. Donc, pas question d’acheter pour vous. Il est fréquent de voir des parents offrir le jouet qu’ils n’ont jamais eu dans leur enfance…
  • L’environnement est à prendre en considération. Un enfant unique pourra-t-il aisément utiliser un jeu qui se joue à plusieurs? Un autre disposera-t-il suffisamment d’espace pour faire de la planche à roulettes ou pour se promener à trottinette?

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram