Désir d'enfant

Fertilité : mettez le facteur temps de votre côté!

Bien sûr, théoriquement, vous pouvez être enceinte jusqu’à la ménopause. Mais les statistiques prouvent que plus vous attendrez, moins la grossesse sera probable.

Vous désirez très fort un bébé, et si possible, qu’il ne tarde pas trop? Sachez d’abord que l’âge est votre plus précieux allié.

Une femme de moins de 30 ans (normalement fertile) a une chance sur quatre de concevoir à chaque cycle; tandis qu’entre 40 et 45 ans, il reste 5 % de chances à chaque cycle. Si bien qu’entre 35 et 40 ans, un tiers des femmes connaissent un problème de fertilité, et plus de la moitié après 40 ans…

Pourquoi cette baisse de fertilité chez la femme?

Parce que la femme possède à la naissance une réserve d’ovules qui ne fait que diminuer au cours de sa vie. Avant de naître, à l’état fœtal, elle en possède près de 7 millions; puis à la naissance, 1 million. Il en restera environ 300 000 au début des règles, vers 13-14 ans; et parmi ceux-là, seuls 400 à 500 ovules seront ovulés, à raison d’un par cycle. Morale de l’histoire : l’ovule fécondé à 38 ans existe depuis la naissance!

Voilà pourquoi la fertilité baisse avec l’âge; parce que la qualité des ovules « stockés » baisse avec le temps. Ils seront plus nombreux à présenter des anomalies chromosomiques – notamment la trisomie 21 – et les risques de fausse couche seront plus élevés. Dans tous les cas, lors d’une consultation gynécologique, le médecin aura un moyen d’estimer votre réserve ovarienne, c’est-à-dire le nombre de follicules qu’il reste dans vos ovaires. Il demandera un dosage de votre hormone FSH et comptera vos follicules ovariens par échographie.

De leur côté, les hommes ne connaissent pas une baisse aussi rapide de leur fertilité. Ils peuvent même être papa à 90 ans. Pourquoi? Parce que l’homme fabrique des spermatozoïdes toute sa vie et que sa production hormonale est constante au fil des mois, contrairement à celle des femmes, qui est cyclique. Mais la qualité de ses spermatozoïdes varie quand même un peu avec l’âge, et le « rendement » de sa production de spermatozoïdes commence tranquillement à baisser à partir de 30 ans.

Repérez la meilleure période pour concevoir

La femme n’est « fécondable » que quinze heures par mois : c’est le temps précis où l’ovule attend l’arrivée d’un spermatozoïde, dans la partie haute de la trompe. Et les probabilités de fécondation, à ce moment-là, ne sont que de 25 % pour un couple fertile. Autant dire que faire un bébé nécessite que l’on s’en donne les moyens!

Vous vous demandez donc sûrement : à quelle fréquence faut-il faire l’amour pour concevoir rapidement? De l’avis général des médecins, deux à trois fois par semaine suffisent. Et idéalement, il ne faudrait pas se limiter à la période d’ovulation, qui se situe au milieu de votre cycle. En effet, beaucoup de femmes sont fécondées en dehors de la période dite fertile, souvent parce qu’elles ovulent plus tôt ou plus tard que prévu. Personnellement, c’est comme cela qu’a été conçue ma première fille : au 21e jour du cycle! Sachez aussi que les spermatozoïdes gardent leur pouvoir fécondant environ 48 heures à partir du rapport sexuel, voire même cinq jours, s’ils arrivent à survivre dans le mucus. Un rapport éloigné de la fécondation peut donc être fécondant.

Mais si vous voulez vraiment cibler précisément le jour de votre ovulation, pour multiplier vos chances d’être enceinte, il y a plusieurs techniques :

Température

Prenez quotidiennement votre température (buccale ou vaginale) dès le premier jour du cycle, ou au minimum à partir du 6e jour. Vous verrez que la température corporelle s’élève d’environ un demi-degré le jour suivant l’ovulation, sous l’action de la progestérone (de 36,7 °C à 37,2 °C en général, ou encore de 36,5 °C à 37 °C; sachant que seul le décalage compte vraiment). L’ovulation se situe donc au point le plus bas de la courbe, juste avant le décalage vers le haut de la courbe de température. Plusieurs cycles seront sûrement nécessaires pour vous habituer à repérer l’ovulation, surtout si vous preniez la pilule.

Sécrétions vaginales

Ensuite, observez vos sécrétions vaginales. Au début et à la fin du cycle, elles sont quasiment absentes, ou très opaques. Mais autour de l’ovulation, l’entrée du vagin est humide et la glaire devient filante, transparente. Vous pouvez même la saisir entre le pouce et l’index pour vérifier cet aspect filant. Et c’est grâce à elle que les spermatozoïdes arriveront à se faufiler jusqu’à l’ovule. Si vous arrivez à la repérer, c’est que vous êtes en période fertile ! Cela dure trois ou quatre jours.

Tests d'ovulation

Enfin, vous pouvez acheter des détecteurs d’ovulation, disponibles en pharmacie. Ils se trempent dans l’urine et détectent l’hormone LH, relâchée en masse par votre corps juste avant l’ovulation. Si votre test est positif, faites donc l’amour dans les 24 heures suivantes. Mais ces tests sont assez chers, donc utilisez-les uniquement aux alentours de votre ovulation supposée!

Bébé tarde à venir? Quand commencer à s’inquiéter…

Comme on l’a vu plus haut, la probabilité normale de grossesse chez un couple fertile, avant 30 ans, est de 20 à 25 % par cycle. Il faudra donc, en moyenne, de quatre à cinq mois à un couple fertile pour concevoir un enfant, et cela, même s’ils ont des rapports sexuels pendant les périodes propices. Les autres statistiques suivent cette logique : elles montrent qu’au bout de six mois, 65 % des couples de fécondité normale auront conçu; au bout d’un an, 85 %; et au bout de 18 mois, 90 % d’entre eux. Voilà pourquoi l’Organisation mondiale de la santé recommande de ne consulter qu’après 18 à 24 mois de rapports sexuels non protégés. Elle précise même qu’il n’y a pas lieu de recourir à une assistance médicale avant la fin de cette période.

Par contre, après deux ans d’essais infructueux, le couple a un risque sur deux d’être stérile. Les médecins conseillent donc de ne pas attendre plus d’un an avant de consulter. Ce délai est même réduit à six mois si la femme a plus de 35 ans ou si elle a certains antécédents médicaux : chirurgie abdominale ou pelvienne, règles très irrégulières, douleurs abdominales.

Marie Charbonniaud

Marie Charbonniaud est journaliste indépendante à Montréal et s’intéresse beaucoup à l’infertilité depuis que sa sœur, Carine, y a été confrontée. Elle a publié un guide pratique sur l’infertilité - le premier au Québec - destiné aux couples : Infertilité - quand bébé tarde à venir, aux éditions Logiques, en 2006.

Infolettre




Cette semaine
Parents divorcés - comment survivre au temps des Fêtes?

Vivre un Noël en « garde partagée » n’est pas simple, ni pour le cœur ni pour le casse-tête d’organisation qu’il exige. Voici des pistes pour survivre à cette période émotionnellement forte.

Choisir un cadeau de Noël non violent

Le rêve de tout parent est, bien sûr, de trouver enfin LE jouet. Celui qui fera briller de joie les yeux de l’enfant lorsqu’il ouvrira son cadeau et avec lequel il pourra jouer pendant des heures...

Les préparatifs de Noël

Avez-vous déjà commencé vos préparatifs de Noël? Vous avez les petits calendriers de l'Avent pour les enfants? Eh oui, on est déjà en mode préparation parce qu'on aime cette fête familiale!

Le temps en famille et les traditions

En raison de nos vies souvent frénétiques, il est difficile de s’arrêter pour passer du temps en famille à moins qu'une occasion spéciale comme un anniversaire, Noël ou Pâques ne nous y oblige!

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram