Couple/Sexualité

Des conseils pour mieux vous chicaner!

À quoi pensez-vous en entendant le mot « chicane »? Habituellement, il n’y a rien de bien joyeux qui vienne à l’esprit. Et si je vous disais que se chicaner pouvait être constructif?

Les différents sont inévitables dans n’importe quel couple. Ceux-ci ne font pas exceptions lorsque ce couple a des enfants. Parfois même, ils augmentent. Le surplus de tâches et la fatigue qui suivent la naissance d’un enfant (et ceux subséquents) deviennent un bassin fertile à l’émergence de conflits. Même si vous et votre douce moitié vous vous entendez bien sur la plupart des sujets, il se peut que vous ayez une vision différente sur la façon d’élever des enfants ou de la vie de couple en tant que parents.

Lorsque le conflit survient, il y a des pièges fréquents dans lesquels les couples tombent. Ceci a pour effet d’amplifier les émotions négatives que vous vivez durant celui-ci. En ayant en tête ces quelques pièges, vous en viendrez à maitriser l’art de la chicane. Évidemment, ces petits conseils n’enlèveront pas les insatisfactions et les différents de façon magique. Par contre, ils transformeront les conflits qui éclatent en émotions trop fortes, cris, pleurs et mots durs, en échanges constructifs, afin de mieux vous comprendre. Voici ces fréquents pièges…

Accumuler

Attendre trop longtemps ou endurer une insatisfaction à répétition risque de vous faire éclater dans un moment inapproprié. Votre partenaire ne comprendra pas pourquoi vous éclatez tout à coup sur un sujet qu’il considère comme banal. Lorsqu’une personne accumule de la frustration, elle devient une bombe à retardement. Cette bombe peut exploser à n’importe quel moment. Par exemple, si vous accumulez de la colère parce que votre conjoint vous fait chaque fois une remarque sur la tiédeur du repas, il se peut que vous finissiez par vous mettre réellement en colère. Sauf que – voilà  le danger – il se peut que cette colère éclate, non pas au prochain commentaire sur le repas, mais, par exemple sur une divergence d’opinions après la lecture d’un article dans le journal. La première occasion où vous vivrez une nouvelle frustration, alors que le bord du vase de votre tolérance sera atteint, il débordera. Vous laisserez votre conjoint bien perplexe de vous mettre ainsi en colère par rapport à un article du journal. Toutefois, il ne pourra pas deviner tout ce que cette colère contient réellement, puisque vous n’en avez pas discuté avec lui au moment opportun.

S’exprimer au mauvais moment

Parfois, il faut choisir le bon moment pour passer son message dans un couple. Il y a des temps où cela est approprié et d’autres non. Évitez évidemment de passer vos messages devant les invités ou en visite. Évitez de faire les mises au point importantes devant les enfants (par contre, les petites chicanes, si bien dosées et bien choisies, peuvent être saines à faire devant eux pour leur apprendre la résolution de conflit). Évitez aussi de le faire dans un moment de stress (lorsque vous êtes en retard, avant une entrevue pour un emploi, avant une présentation importante au travail, etc.). Finalement, évitez de faire vos mises au point si vous savez que vous avez peu de temps pour discuter.

Déterrer les histoires oubliées

Si on vous fait un reproche et qu’à votre défense, vous rappelez à l’autre qu’il vous a déjà fait un coup semblable dans le passé, sachez que vous êtes en train d’allumer un feu sournois. Les histoires passées doivent le demeurer si elles ne servent qu’à mettre l’autre devant ses fautes et à l’humilier. Votre couple n’avancera pas vers la résolution de conflit. Au contraire, il sera plus tentant de déterrer une nouvelle histoire pour vous mettre en faute vous aussi. Vous voyez l’engrenage qui risque de se produire?

Les accusations

« Tu ne cesses de me critiquer » ou « Tu gâches toujours tout », ce sont des phrases qui enveniment les discussions. Accuser l’autre et lui rabrouer constamment ses torts n’expliquent en rien ce qui vous dérange dans les situations conflictuelles. De plus, votre conjoint ne comprend pas les émotions qu’il vous fait vivre dans les situations que vous lui reprochez. Vous laisser l’impression qu’il est responsable du conflit et cela ne laisse pas place à ce qu’à son tour, il s’exprime calmement. Qui se sent attaqué, attaquera en retour ou vous fuira tout simplement. Est-ce votre objectif?

Crier, taper, insulter, frapper…

Tous ces comportements sont à éviter. Les élans émotifs apportent parfois des regrets ou laissent des blessures irréparables (au cœur, au corps ou au mobilier!). Les insultes et les cris ne permettent en aucun cas de régler les conflits. La violence physique et psychologique non plus. Ce climat n’est pas propice à se comprendre et à s’écouter. Vous vivrez plutôt une lutte où il n’y a jamais de gagnant.

S'improviser devin!

Même si vous croyez savoir ce que l’autre pense, laissez-lui la chance de vous l’exprimer. Il y a moins de risque de vous tromper et ainsi, de vivre des émotions qui n’ont pas lieu d’être. Si vous croyez par exemple que votre partenaire est fâché contre vous, allez vérifier. Sans quoi vous pourriez être distante et ainsi laisser l’impression que c’est vous qui êtes en colère. N’essayez pas de deviner. Mettez-vous en mode d’écoute et recevez ce que l’autre a à dire afin de bien comprendre ce qui se passe entre vous deux. Même si cela est difficile à entendre! Il n’y a pas d’autre façon d’être clair.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram