Couple/Sexualité

Surmonter l'infidélité : possible ou impossible?

Partir

Si vous croyez au fond de vous que vous lui en voudrez toujours, si vous souhaitez faire de sa vie un enfer et que vous croyez qu’il ne mérite plus d’être heureux, partez. Vous ne voulez pas devenir une marâtre et être malheureuse simplement parce que vous refusez d’accepter le fait que vous êtes mal assortis.

De même, si vous êtes certaine qu’il récidivera sauf si vous le surveillez de près, partez. Pas question de lire ses courriels, de sentir ses vêtements, d’appeler au travail, de poser des questions à ses amis ou de le faire surveiller. Il n’est pas non plus utile de scruter les forums pour trouver dans les histoires des autres des indices de la vôtre. On a assez souffert comme ça et même quand on a l’impression d’avoir tout perdu, il nous reste un peu de dignité et la moindre des choses, c’est de la conserver. Comme dit Brassens, « abandonnez le métier de cocu systématique ».

Un de perdu, dix de retrouvés?

Dans un monde idéal, les gens réfléchiraient toujours avant d’embrasser quelqu’un et de choisir un nouveau conjoint. En choisissant soigneusement son amoureux dès le départ, on a beaucoup moins de raisons d’avoir de la peine ou d’en causer. Même dans les contes de fées, les héros apprennent à se connaître avant de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants.

Quand vous rencontrez de nouvelles personnes, soyez vous-même et n’hésitez pas à dire ce que vous voulez vraiment. Il est inutile de jouer la carte de la cuisse hospitalière afin d’attirer des hommes dans votre lit si vous cherchez un père pour vos enfants. De même, ne jouez pas la grande romantique si vous ne l’êtes pas du tout et n’hésitez pas à envisager de rester seule pendant un certain temps afin de réfléchir.

Parfois, les gens ont peur d’être seuls et choisissent le premier venu. D’autres choisissent le confort et tirent un trait sur l’amour. Il arrive aussi que l’on choisisse l’amour, le vrai et qu’il soit partagé, comme il est possible qu’il ne le soit pas non plus. L’essentiel est de prendre votre temps et de toujours vous rappeler qu’on est bien mieux seule que mal accompagnée.

Infolettre



Cette semaine

Commentaires

Infolettre



Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Instagram